samedi 10 avril 2021
A VOIR

|

Tourisme et réparation navale au menu du cluster maritime

Publié le

Symbole de l’économie bleue, le Paul Gauguin accueillait mardi soir l’assemblée générale du cluster maritime. L’occasion de renouveler le bureau six ans après sa création et d’élaborer un plan de reprise. Priorité au secteur touristique bien-sûr, mais également à la réparation navale, filière d’avenir.

Publié le 01/07/2020 à 16:57 - Mise à jour le 01/07/2020 à 16:58
Lecture < 1 min.

Symbole de l’économie bleue, le Paul Gauguin accueillait mardi soir l’assemblée générale du cluster maritime. L’occasion de renouveler le bureau six ans après sa création et d’élaborer un plan de reprise. Priorité au secteur touristique bien-sûr, mais également à la réparation navale, filière d’avenir.

A quelques jours de la reprise du trafic aérien, les acteurs du tourisme et de l’économie bleue sont au taquet. Les hôtels s’apprêtent à rouvrir et les bateaux de croisière à lever l’ancre. C’est d’ailleurs le Paul Gauguin qui ouvre le bal, le 18 juillet, avec une clientèle 100% locale pour sa première sortie.

A la tête du cluster depuis sa création en 2014, Gérard Siu cède sa place à Tuanua Degage. Une succession qui intervient en plein tourbillon économique.

Intimement liée au tourisme, l’économie bleue a vu les chiffres d’affaires de nombreux secteurs tomber à zéro.

Dans ce contexte, un plan de relance s’impose. Il passe par le tourisme bien-sûr, mais il y a un autre secteur identifié comme porteur.

« Le deuxième grand axe, c’est vraiment le développement de cette structure de réparation navale, explique Tuanua Degage, nouveau président du cluster. Depuis plusieurs années, on est en discussion avec les autorités pour changer l’outil du dock flottant actuel qui est un petit peu vieillissant et surtout qui est trop petit. Et donc on voudrait mettre autour de ce projet-là aussi des entités capables de faire la maintenance des navires, pour les navires polynésiens mais pour aussi être un pôle de maintenance pour les navires qui viendraient de l’extérieur. »

L’organisation a d’ailleurs prévu d’intensifier ses échanges avec son homologue calédonien pour enrichir son expertise.

infos coronavirus