lundi 26 juillet 2021
A VOIR

|

Tarifs bancaires : la baisse doit se poursuivre jusqu’en 2022

Publié le

L'année dernière, les banques s'étaient engagées à baisser graduellement leurs tarifs jusqu'en 2022. Cet engagement est pour l'instant respecté assure le haut-commissariat dans un communiqué.

Publié le 22/06/2021 à 10:43 - Mise à jour le 22/06/2021 à 11:27
Lecture 2 minutes

L'année dernière, les banques s'étaient engagées à baisser graduellement leurs tarifs jusqu'en 2022. Cet engagement est pour l'instant respecté assure le haut-commissariat dans un communiqué.

Le 21 février 2020, le haut-commissaire de la République, les représentants des établissements bancaires et l’Office des postes et télécommunication (OPT), avec l’appui de l’Institut d’Émission d’Outre-Mer (IEOM), ont signé un accord de modération des tarifs bancaires aux particuliers ainsi qu’une charte d’inclusion bancaire et de prévention du surendettement.

Cet accord triennal, qui s’applique jusqu’en 2022, vise à poursuivre les efforts de réduction des écarts tarifaires moyens relevés entre la Polynésie française et l’hexagone, tout en renforçant l’action en faveur de la prévention du surendettement pour protéger la clientèle fragile.

Selon cet accord, les banques se sont engagées à baisser graduellement 3 tarifs sur la période 2020 – 2022 de la manière suivante :

  • Une baisse de 5 % sur les frais de tenue de compte sur 3 ans : -2,4 % en 2020, – 1,4 % en 2021 et -1,3 % en 2022 ;
  • La mise en œuvre d’un nouvel abonnement mensuel permettant la gestion de ses comptes sur Internet au plus tard au 1er janvier 2021, au tarif maximal de 190 Fcfp, soit une réduction de cette ligne tarifaire de près de 41 % ;
  • Une diminution de 5% des frais de carte de paiement international à débit différé (hors comptes chèques postaux) sur 3 ans : – 3 % en 2020, -1 % en 2021 et -1 % en 2022.

Les lignes tarifaires suivantes sont gelées sur la période de 2020 à 2022 :

  • Opposition sur chèque ;
  • Lettre d’injonction (ou information préalable) ;
  • Délivrance d’un chèque de banque ;
  • Frais de rejet de prélèvement ;
  • Frais pour saisie administrative à tiers détenteur.

L’OPT,soumis à des contraintes d’exploitation de son réseau de proximité notamment dans les archipels éloignés, s’est quant à lui engagé à plafonner pendant trois ans les tarifs suivants :

  • 3 500 Fcfp maximum pour les frais de tenue de compte ;
  • 5 500 Fcfp maximum pour les frais de carte de paiement international à débit différé ;
  • 13 500 Fcfp maximum pour les frais pour saisie administrative à tiers détenteur.

Un an après son entrée en vigueur, l’IEOM  constate le respect des engagements de cet accord au travers de la récente publication de son dernier rapport semestriel de l’Observatoire des tarifs bancaires d’avril 2021.

infos coronavirus