mercredi 21 avril 2021
A VOIR

|

Signature de l’emprunt de 28,6 milliards Fcfp au bénéfice de la Polynésie française

Publié le

Le haut-commissaire Dominique Sorain, le président du Pays Edouard Fritch et Céline Gilquin, directrice de l’Agence française de développement en Polynésie française, ont signé ce mardi la convention de crédit destinée au financement des impacts économiques et sociaux liés à l’épidémie de Covid-19.

Publié le 04/08/2020 à 17:10 - Mise à jour le 04/08/2020 à 17:10
Lecture 2 minutes

Le haut-commissaire Dominique Sorain, le président du Pays Edouard Fritch et Céline Gilquin, directrice de l’Agence française de développement en Polynésie française, ont signé ce mardi la convention de crédit destinée au financement des impacts économiques et sociaux liés à l’épidémie de Covid-19.

À la demande de la Polynésie française, l’Etat apporte sa garantie à ce prêt de 28,6 milliards Fcfp, mis en œuvre par l’Agence française de développement (AFD), amortissable sur une durée de 25 ans, avec un différé de remboursement du capital de 2 ans. En contrepartie, le Pays s’est engagé à poursuivre ses réformes de la gestion des finances publiques et des comptes sociaux.

L’emprunt permet au Pays de faire face aux conséquences financières de la crise sanitaire (perte de recettes, report de paiement des impositions et cotisations sociales), de financer les mesures d’urgence et d’aides aux particuliers et aux entreprises mises en place dans le cadre de la gestion de la crise (revenu exceptionnel de solidarité, indemnité de solidarité, dispositif exceptionnel de sécurisation de l’emploi, dispositif de sauvegarde de l’emploi des travailleurs indépendants par exemple).

Le prêt permet également de préserver le système de protection sociale généralisée et de garantir le maintien du versement des prestations sociales par la Caisse de prévoyance sociale (assurance maladie, allocations familiales et retraites notamment) et d’éviter toute cessation de paiement.

« C’est important parce qu’aujourd’hui nous commençons à subir sérieusement les conséquences de la covid, explique Edouard Fritch. Cet emprunt va nous permettre de maintenir les aides qui sont apportées aujourd’hui soit aux entreprises soit aux salariés directement. Vont nous permettre d’assurer les prestations sociales, toute cette partie qui est destinée à la CPS car nous souhaitons que les allocations familiales continuent à être payées, que la retraite continue à être payée. Donc il nous faut maintenir un rythme de vie malgré les difficultés connues des suites de la covid. Le moyen dont nous disposons c’est effectivement d’emprunter un petit peu d’argent pour pouvoir tenir. » Cet argent devrait permettre de tenir jusqu’au premier trimestre 2021 selon le président du Pays : « Nous ferons le nécessaire pour qu’au premier trimestre 2021 nous ne connaissions pas de problème et nous faisons dores et déjà le nécessaire pour négocier la seconde partie de cet emprunt. »

De nombreuses réunions de travail ont permis de préciser le besoin de la Polynésie française devant l’impact économique et social de la crise et d’apporter une réponse adaptée de l’Etat.

Ce prêt garanti par l’Etat vient ainsi compléter les aides de l’Etat pour soutenir l’économie polynésienne.

infos coronavirus