fbpx
lundi 24 février 2020
A VOIR

|

Seule une personne sur deux a un emploi en Polynésie

Publié le

95 100 Polynésiens, soit 51,9 % de la population en âge de travailler, ont un emploi, selon une étude de l’Institut de la Statistique en Polynésie française (ISPF) portant sur l’année 2018, rendue publique ce mercredi.

Publié le 15/01/2020 à 7:00 - Mise à jour le 16/01/2020 à 9:43
Lecture 2 minutes

95 100 Polynésiens, soit 51,9 % de la population en âge de travailler, ont un emploi, selon une étude de l’Institut de la Statistique en Polynésie française (ISPF) portant sur l’année 2018, rendue publique ce mercredi.

Ce taux d’emploi est bien plus faible qu’en France métropolitaine, où il s’élevait à 65,9% la même année. Et en Polynésie, 16 % des emplois sont considérés comme fragiles, comme des contrats précaires ou des stages.

Le taux de chômage, estimé à 14,5 % de la population polynésienne, ne doit être comparé qu’avec précaution à ceux de la métropole ou des DOM, où l’indemnisation contre recherche active d’emploi augmente le nombre de gens considérés économiquement comme chômeurs. Cette indemnisation n’existe pas en Polynésie.

Les 16 200 chômeurs ne sont en effet qu’une partie des 39 400 personnes qui souhaitent un emploi. Les 23 200 autres personnes, le “halo du chômage”, ne sont pas en recherche active, ou ne sont pas disponibles immédiatement pour occuper un emploi. Ce “halo du chômage” est particulièrement important en Polynésie.

L’ISPF note par exemple que le chômage est faible chez les plus de cinquante ans, mais que cela illustre « le découragement à trouver un emploi passé cet âge » : faute de recherche active, ces Polynésiens ne sont pas considérés comme chômeurs mais sont comptés dans le halo.

Les femmes ont beaucoup plus de mal à trouver un emploi que les hommes. Leur taux d’emploi s’élève à 43,9% contre 59,4% pour les hommes, et la différence atteint même vingt points chez les 25-49 ans. Cette différence existe aussi en métropole, mais elle n’est pas aussi marquée. L’ISPF l’explique en partie par les dispositifs de gardes d’enfants, plus développés en métropole, à l’image des crèches municipales.

Sans surprise, il est beaucoup plus difficile de trouver un emploi lorsqu’on n’est pas diplômé. En revanche, il n’est pas forcément nécessaire de décrocher un diplôme prestigieux pour trouver sa place dans le monde du travail : les CAP et BEP ont même un taux de chômage légèrement inférieur aux diplômes plus généralistes, même d’un niveau supérieur !

L’Institut note enfin de grandes disparités parmi les cinq archipels. Dans les parties rurales des îles les plus peuplées, Tahiti et Moorea, le taux de chômage atteint plus de 20%. Selon les statistiques, il est inférieur à 8% dans les archipels peu peuplés, comme les Australes et les Marquises. Mais l’ISPF précise que la faiblesse de l’emploi local, souvent résumé à la pêche, la perliculture et la culture du coprah, décourage les personnes sans emploi d’en rechercher activement un. Ce qui épaissit le halo du chômage, et rend nécessaire « le recours à des solutions alternatives pour assurer le quotidien » comme la production agricole, la pêche pour sa consommation propre, ou encore l’échange de services.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X