mardi 16 août 2022
A VOIR

|

L’économie polynésienne stabilisée mais toujours fragile depuis 2021

Publié le

Économie la plus affectée des outre-mer français en 2020 avec un produit intérieur brut en recul de 7,6 %, la Polynésie française a démontré sa capacité de rebond en 2021, malgré une nouvelle dégradation de la situation sanitaire observée au milieu de l’année.

Publié le 30/06/2022 à 17:01 - Mise à jour le 30/06/2022 à 17:04
Lecture 2 minutes

Économie la plus affectée des outre-mer français en 2020 avec un produit intérieur brut en recul de 7,6 %, la Polynésie française a démontré sa capacité de rebond en 2021, malgré une nouvelle dégradation de la situation sanitaire observée au milieu de l’année.

Publié par l’Institut d’émission d’outre-mer, ce document sert de référence pour les décideurs publics et privés mais également pour le grand public. Il permet de disposer d’un éclairage sur les principaux indicateurs structurels de l’économie de la Polynésie française, ainsi que de leur évolution au cours de l’année 2021.

Si l’indicateur du climat des affaires se redresse significativement dès le début de l’année 2021, cette évolution favorable n’est en revanche pas perceptible dans l’ensemble des secteurs, dont notamment le tourisme qui peine à retrouver son niveau d’activité d’avant la pandémie.

Les ménages, affectés par la dégradation du marché du travail en 2020, font toujours preuve de prudence en 2021 et continuent à épargner. Les enquêtes menées par le projet CEROM (Comptes économiques rapides pour l’Outre-mer) révèlent effectivement que s’ils se montrent plus confiants en matière d’emploi, ils demeurent néanmoins plus réservés quant à l’évolution de la situation économique et préfèrent privilégier une épargne de précaution et renoncer à des achats importants.

La persistance des incertitudes futures incite les autorités publiques nationales et locales à maintenir leur soutien à l’économie jusqu’au terme de l’année 2021. Ce soutien se concrétise par la prolongation des dispositifs de sauvegarde des emplois et de la trésorerie des entreprises, et par la mise en œuvre d’un plan de relance sur trois ans (2021-2023) pour stimuler la croissance.

Après un exercice difficile, les banques polynésiennes retrouvent en 2021 un niveau d’activité globalement comparable à celui prévalant avant la crise de 2020, tout en préservant la sinistralité de leur portefeuille bancaire. Dans ce contexte, l’IEOM a poursuivi sa politique monétaire accommodante pour favoriser le maintien du financement de l’économie à des conditions de taux historiquement bas.

Après deux années de pandémie, si le rebond de l’économie reste plus limité que dans l’Hexagone, la Polynésie française doit faire face à de nouvelles incertitudes liées aux répercussions de la guerre en Ukraine. Les acteurs publics et privés devront mobiliser les forces et ressources pour être en capacité d’absorber les chocs exogènes, notamment sur l’inflation et les chaînes d’approvisionnement, tout en consolidant le chemin de la croissance et en préservant l’équilibre des comptes de la protection sociale.

Infographie de l’IEOM

infos coronavirus