mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Prêt garanti par l’État : les banques jouent-elles le jeu ?

Publié le

Pour soutenir les entreprises durement frappées par la crise, et maintenir les emplois, le gouvernement central a créé les PGE : les prêts garantis par l’Etat. Ils sont accessibles auprès des établissements bancaires dont ceux de Polynésie. De nombreux chefs d’entreprise locaux l’ont donc sollicité mais tous ne l’ont pas obtenu. Certains patrons ne comprennent pas les raisons de ces refus, ce qui a poussé la CPME à lancer un appel à témoins auprès de ses adhérents.

Publié le 08/11/2020 à 10:53 - Mise à jour le 09/11/2020 à 11:41
Lecture 2 minutes

Pour soutenir les entreprises durement frappées par la crise, et maintenir les emplois, le gouvernement central a créé les PGE : les prêts garantis par l’Etat. Ils sont accessibles auprès des établissements bancaires dont ceux de Polynésie. De nombreux chefs d’entreprise locaux l’ont donc sollicité mais tous ne l’ont pas obtenu. Certains patrons ne comprennent pas les raisons de ces refus, ce qui a poussé la CPME à lancer un appel à témoins auprès de ses adhérents.

Ce prêt est garanti par l’Etat jusqu’à un maximum de 90% de son montant, qui peut atteindre 3 mois du chiffre d’affaires de l’entreprise de l’année écoulée. C’est donc lui qui assume la grande majorité du risque en cas de défaut de paiement.

Pourtant, les banques locales seraient frileuses à l’accorder, comme en témoigne ce chef d’entreprise à la tête de deux structures qui emploient au total une quinzaine de salariés.

Ce dernier, qui tient à garder l’anonymat pour ne pas compliquer ses relations déjà tendues avec son banquier, ne comprend pas les raisons de ce refus. Car jusqu’à la crise sanitaire, ses sociétés étaient florissantes.

« Le PGE nous a été refusé pour une raison qui me semble assez cocasse. On nous demande de pouvoir injecter des fonds personnels dans la société pour ensuite en avoir d’autres par le PGE. C’était censé venir nous aider mais je me rends compte que ce n’est pas vraiment le cas et que les banques, en tous les cas celle avec laquelle on travaille, essayent plus de se protéger que de nous aider », explique-t-il. 

Pour l’heure, ce patron parvient encore à maintenir les emplois. Mais il se retrouve en grande difficulté alors qu’il prévoit une reprise de l’activité pour l’année prochaine. « Notre carnet de commandes est assez bon pour 2021. Et vu ce qu’on devait payer pour le PGE, on a fait les calculs, cela ne représentait pas tant que ça par mois. On se pose donc des questions. »

« Sauver l’entreprise c’est sauver les salariés »

Et il n’est pas le seul. A tel point que la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) s’est saisie du sujet. Elle a lancé un appel à témoins auprès de ses membres.

« On a eu des retours de banques qui, effectivement, ont refusé des PGE et on ne comprend pas pourquoi (…) Derrière les entreprises, ce qui est important de savoir, c’est qu’il y a des salariés. Et sauver l’entreprise c’est sauver les salariés. C’est une notion que les banques doivent avoir sachant que leur prise de risque est nettement minimisée du fait de l’intervention de l’Etat. Ça serait dommage de ne pas pouvoir aller aider ces entreprises alors que l’Etat a mis en place un dispositif qui va les sauver », estime Christophe Plée, le président de la CPME

En fonction du retour de ses adhérents, la CPME pourrait saisir l’Institut d’émission d’outre-mer, mais aussi la fédération bancaire de Polynésie pour demander des explications. En métropole, le taux de refus des PGE par les banques atteint à peine 3% des demandes.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.