samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Malgré l’ouverture des frontières, l’activité du safari au ralenti à Tahiti

Publié le

Depuis le confinement, le secteur du tourisme connait beaucoup de difficultés. Nombreux sont les prestataires qui ont dû fermer boutique pendant que d’autres tentent tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau, tels que les spécialistes du safari au fenua.

Publié le 28/07/2020 à 16:34 - Mise à jour le 28/07/2020 à 16:34
Lecture 2 minutes

Depuis le confinement, le secteur du tourisme connait beaucoup de difficultés. Nombreux sont les prestataires qui ont dû fermer boutique pendant que d’autres tentent tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau, tels que les spécialistes du safari au fenua.

Cela fait 30 ans qu’une entreprise qui propose des safaris dans les vallées de Tahiti a été créée. S’il y a quelques mois encore, tout semblait aller pour le mieux, aujourd’hui elle se trouve en grande difficulté.

« Nous avons arrêté complètement l’activité en avril-mail. On a repris timidement en juin. On a fait 15% de ce qu’on fait d’habitude les autres années en juin. En juillet, on espère faire 25%, mais c’est pas très bien parti. En août, on va peut-être faire un peu plus, jusqu’à 30%. Le problème, ça sera surtout vers la fin de l’année, avec la saison des pluies, et on sait très bien qu’en Polynésie, à partir du mois de décembre jusqu’à mars, on a pratiquement plus personne dans les hôtels. Même s’ils rouvrent, ça ne changera pas grand chose. C’est sûr que c’est pas cette année qu’on va battre des records de présence. D’autant plus qu’on a un gros problème, les paquebots ne viendront pas jusqu’à pratiquement fin avril » explique Patrice Bordes, propriétaire de Tahiti Safari Expedition. « J’avais prévu que de toute façon, ça allait être comme ça, donc on n’est pas trop surpris. On va faire le dos rond pendant quelques mois » ajoute-t-il.

Le chef d’entreprise a bien du mal à remplir ses 5 véhicules tout-terrain. Il a même dû se séparer de trois personnes sur les 6 qu’il employait avant l’arrivée du Covid-19 : « Mes deux guides, les plus anciens, sont en salaire DIESE pour l’instant. Ils sont à temps partiel ».

La clientèle se fait donc rare malgré l’ouverture des frontières aux touristes internationaux : en moyenne, il a eu 80 à 100 personnes en juillet au lieu des 700 habituellement. « Pour l’instant, on arrive à s’en sortir avec quelques personnes par-ci par-là. (…) Le territoire fait tout ce qu’il peut, il ne peut pas faire plus. Il faut que les gens comprennent qu’il faut qu’on reprenne le travail avec beaucoup de précautions, et c’est ce qui est fait ». Quand au tourisme local, Patrice Bordes ne compte pas trop dessus : « Le tourisme local nous profite très peu cette année par rapport aux autres années. Je sens que les gens sont très frileux. On n’a pas encore touché les nouveaux arrivants : les professeurs, les gendarmes, les militaires… ».

Et au lieu de 8 personnes par véhicule, ils ne sont plus que 4, afin de respecter la distanciation physique, précise Sydney Chapman, l’un des guides : « Si tout le monde joue le jeu, respecte ls gestes barrières etc., oui je reste confiant pour l’avenir du tourisme ». Il est important pour les employés de cette plus grande entreprise de safari du pays de rester positifs.

Pour les plus petits prestataires, Vaitea Etilage, guide touristique à Safari Islander, dernier venu dans ce secteur, le constat est sans équivoque : plus de paquebots zéro clients. « On attend l’arrivée en masse des touristes comme avant confinement. C’est une activité très prometteuse les safaris (…) On va patienter. On a mis beaucoup de temps à avoir la licence touristique donc c’est pas maintenant qu’on va lâcher » confie-t-il.

Combien de temps encore allons-nous tenir dans ces conditions ? : telle est la question que se posent aujourd’hui ces prestataires touristiques.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV