dimanche 19 septembre 2021
A VOIR

|

Levée du motif impérieux le 9 juin : L’Etat et le Pays briefent les compagnies aériennes

Publié le

A compter du 9 juin, les personnes vaccinées voyageant entre la Polynésie et l’Hexagone n’auront plus à justifier d’un motif impérieux, comme l'ont annoncé mardi les autorités du Pays. Hier, en fin d’après-midi, ces derniers ont convié les représentants des différentes compagnies aériennes internationales pour préparer l'arrivée et le départ des voyageurs à partir de cette date.

Publié le 27/05/2021 à 16:09 - Mise à jour le 27/05/2021 à 17:15
Lecture < 1 min.

A compter du 9 juin, les personnes vaccinées voyageant entre la Polynésie et l’Hexagone n’auront plus à justifier d’un motif impérieux, comme l'ont annoncé mardi les autorités du Pays. Hier, en fin d’après-midi, ces derniers ont convié les représentants des différentes compagnies aériennes internationales pour préparer l'arrivée et le départ des voyageurs à partir de cette date.

L’information principale étant la mise en place d’une plateforme unique, sur laquelle les voyageurs pourront faire l’ensemble de leurs démarches. Cela permettra de simplifier la procédure à suivre pour les nouveaux arrivants, mais également de faciliter le contrôle des passagers à leur départ.

“Ce qui va changer effectivement, c’est plutôt positif. C’est qu’il n’y aura plus qu’un seul site internet, tout va être concentré sur ETIS”, explique Michel Monvoisin, PDG d’Air Tahiti Nui. “Et donc, à partir de ce site, télécharger son attestation PCR, son attestation de vaccination si on est vacciné, son attestation d’immunité si on a une immunité. Et puis si on n’est pas vacciné, on n’est pas immunisé, c’est là effectivement qu’on répond à tous les questionnaires. Ce qui est positif déjà, c’est qu’on réouvre. Ca va permettre de reprendre des passagers, de remettre des vols, de reprendre une activité économique. L’objectif, c’est d’être près pour le 9 juin et tout le monde fait le maximum pour, bien que les délais soient très courts”.

Rédigé par

infos coronavirus