jeudi 24 septembre 2020
A VOIR

|

Les bars et discothèques aux abois

Publié le

Il n’est toujours pas possible de se rendre dans les bars et les discothèques, qui restent fermés jusqu’à nouvel ordre. Déjà en difficultés avant la crise, les gérants craignent de devoir mettre la clé sous la porte. Plusieurs prestataires sont aussi durement touchés, comme les DJ et les musiciens.

Publié le 01/05/2020 à 9:46 - Mise à jour le 01/05/2020 à 9:46
Lecture 2 minutes

Il n’est toujours pas possible de se rendre dans les bars et les discothèques, qui restent fermés jusqu’à nouvel ordre. Déjà en difficultés avant la crise, les gérants craignent de devoir mettre la clé sous la porte. Plusieurs prestataires sont aussi durement touchés, comme les DJ et les musiciens.

Confinement oblige, DJ K-moon est passé en quelques jours de l’euphorie des grosses soirées à… rien du tout. « Le vendredi on a l’habitude d’aller au travail, et là avec le confinement, avec cette maladie, impossible. Et du coup on est sans revenu… », déplore-t-il.

Kalou aussi subit de plein fouet l’arrêt brutal de ses prestations dans les restaurants et les boîtes de nuit. Après avoir animé les soirées de nombreux Polynésiens depuis 45 ans, le musicien s’attend à une reprise progressive et difficile.

« Est-ce que les patrons de restaurants vont reprendre tout de suite les orchestres ? Je ne le sais pas, souffle-t-il. Mais je pense qu’ils vont peut-être attendre jusqu’à une levée totale du confinement. Peut-être que là seulement la musique pourra reprendre sa position dans les restaurants ou dans les boîtes de nuit. »

Ouvrir oui, mais quand ? Les patrons de bars et de discothèques se posent la question. Depuis qu’ils ont baissé le rideau à la mi-mars, le trou dans leurs trésoreries s’agrandit chaque jour un peu plus. Déjà fragilisé, le secteur est au bord du gouffre.

« Aujourd’hui, sur une douzaine de boîtes de nuit qui étaient présentes dans le syndicat on est à six, et on risque de se retrouver, d’ici les deux mois à venir, avec encore deux boîtes de nuit de moins, voire peut-être plus, prévient Stéphane Gay, le président du syndicat des bars et dancings. Donc on risque de se retrouver peut-être à trois boîtes de nuit, donc la mort du syndicat des bars dancing, et puis plus de boîtes de nuit. »

Seule certitude : la confédération des petites et moyennes entreprises plaide devant le gouvernement pour la réouverture des bars jusqu’à 21 heures dans les plus brefs délais. Les établissements de nuit sont quant à eux contraints de fermer leurs portes pour plusieurs semaines encore. Tout dépendra de la capacité à organiser la circulation des clients et du personnel. Et dans une discothèque, cela relève de l’exploit.

infos coronavirus

Une aide financière de 450 millions de Fcfp accordée à Air Tahiti

Le Pays a accordé une aide financière d’un montant de 450 millions de Fcfp, pour compenser une partie du déficit global de la SA Air Tahiti qui permettra de préserver sa pérennité, de sauvegarder ses emplois et de désenclaver les archipels de la Polynésie française.

Les mesures de précaution renforcées dans les maisons de retraite

Aux maisons d'accueil médicalisées "Les Orchidées" à Pirae et Papeete, certains matahiapo sont plus vulnérables que d’autres, notamment les malades d’Alzheimer. Pour préserver ces personnes âgées dans le contexte sanitaire actuel, le personnel tente au mieux de maintenir le lien social malgré la limitation des visites.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV