samedi 15 mai 2021
A VOIR

|

L’Adie a accompagné plus de 2500 créateurs d’entreprise durant la crise

Publié le

L'Association pour le droit à l'initiative économique (Adie) est implantée en Polynésie depuis 2009. Et durant la crise, elle a continué à soutenir les porteurs de projets. Wendy Mou Kui, directrice de l'Adie en Polynésie était l'invitée de notre journal :

Publié le 14/02/2021 à 11:41 - Mise à jour le 14/02/2021 à 11:44
Lecture 3 minutes

L'Association pour le droit à l'initiative économique (Adie) est implantée en Polynésie depuis 2009. Et durant la crise, elle a continué à soutenir les porteurs de projets. Wendy Mou Kui, directrice de l'Adie en Polynésie était l'invitée de notre journal :

TNTV : En 2020, l’économie polynésienne a été fortement impactée par la crise sanitaire. Comment l’Adie a-t-elle aidé les porteurs de projets ?
Wendy Mou Kui, directrice de l’Adie en Polynésie :
« D’abord je tiens à remercier l’ensemble de nos partenaires notamment l’Etat au travers du haut-commissariat (…) ainsi que le ministère de l’Outre-mer et le Pays à travers la vice-présidence et le ministère de l’Economie. Comment l’Adie a répondu face à la crise sanitaire que nous avons connue en 2020 ? On a contacté l’ensemble de nos clients pour connaître leurs besoins, leur situation et par rapport à ça on a proposé comme pour Teariki (voir le reportage en vidéo ci-dessus, NDLR) des reports dont les frais générés ont été totalement supportés par l’Adie. On a fait plus de 1500 reports d’échéances pour un montant de plus de 2 millions de Fcfp. Et nous avons également proposé des prêts de trésorerie pour les aider un peu à se soulager parce que ce n’était pas évident. Leur activité était en arrêt donc pour les aider à payer leurs charges courantes, il fallait mettre en place ces dispositifs exceptionnels. Nous avons mis également en place des micro-crédits relance qui sont couplés par un prêt d’honneur à taux zero et par un micro-crédit à taux préférentiel. Et je tiens à remercier par ailleurs le ministère de l’Outre-mer et le Pays de nous avoir dotés d’un fonds spécial de prêts d’honneur pour soutenir les micro-entrepreneurs.« 

Qui sont ces porteurs de projets ? Ce sont ceux qui ont perdu leur emploi ? Et quelle moyenne d’âge ?
« En règle générale, la moyenne d’âge que nous avons pu constater tourne autour de 35, 40 ans. C’est la moyenne d’âge des porteurs de projets qui sont venus nous voir. Ce sont des personnes qui souhaitent créer ou développer une petite activité professionnelle. »

Comment se traduit l’aide de l’Adie et à quelle hauteur ?
« L’aide de l’Adie se traduit déjà par un micro-crédit qui peut aller jusqu’à 1.8 millions et nous proposons également un accompagnement gratuit sur tout ce qui est lié aux différentes casquettes d’un chef d’entreprise. »

Quels sont ces accompagnements dont peuvent bénéficier les chefs d’entreprise ?
« Ils bénéficient d’une palettes d’accompagnements qui peut passer d’une formation sur comment démarrer son activité professionnelle, comment gérer son entreprise, tout ce qui est lié à la gestion financière. Nous proposons également aux porteurs de projets de les accompagner en individuel sur leurs attentes. Par exemple on a des individus qui viennent nous voir pour des questions précises. Ils ne savent pas forcément faire leurs démarches administratives. Dans ce cas là l’Adie est là pour les accompagner pas à pas. »

L’Adie a ouvert ses portes au fenua en 2009. Quel bilan dressez-vous aujourd’hui ? Et quel est le taux de viabilité des entreprises ?
« Pour la première question, l’Adie, depuis 2009, a rencontré un franc succès, a accompagné plus de 9500 porteurs de projets et investi dans l’économie locale plus de 4.6 milliards de Fcfp. Et il faut savoir qu’on a sorti dernièrement une étude d’impact en 2020 sur l’impact de l’Adie en Polynésie française et on recense 88% d’entreprises qui ont un taux de pérennité bon. Après, il faut minimiser un peu les chiffres parce que, quand on a fait l’étude, c’était sur la période du 17 avril 2017 au 17 avril 2019 et la situation à cet instant était bonne. Donc si on minimise un peu la situation par rapport à la crise sanitaire, il faut se dire que la plupart des activités qu’on a financées étaient au ralenti donc c’est lié un peu aux mesures prises par le gouvernement. Mais ils ont réussi quand même à rebondir. »

L’Adie en quelques chiffres

– nombre de microcrédits décaissés : 1 739
– montant total des microcrédits décaissés : 895 896 804 Fcfp 
– nombre de prêts d’honneur décaissés : 166
– montant total de prêts d’honneur décaissé : 53 071 475 Fcfp 
– Nombre d’emplois créés : 1 031
– Nombre d’emplois maintenus : 708
– Nombre de créateurs financés par l’Adie accompagnés durant la crise : 2 597

Depuis 2009, c’est plus de 9508 personnes ayant bénéficié d’un microcrédit à l’Adie soit un montant total de près de 4,6 milliards Fcfp injectés dans l’économie locale. 
Depuis le 1er novembre 2020, le plafond des microcrédits a été relevé à 1 789 980 XPF.    

Plus d’infos sur l’Adie en cliquant ICI

infos coronavirus