jeudi 28 octobre 2021
A VOIR

|

La situation financière de Makemo “sous grande tension” selon la CTC

Publié le

Excédent brut de fonctionnement négatif, manque de fiabilité du bilan comptable ou encore gestion des déchets insuffisantes : tels sont quelques-uns des points qui sont ressortis du rapport de la Chambre territoriale des comptes sur la gestion de la commune de Makemo.

Publié le 23/09/2021 à 11:57 - Mise à jour le 24/09/2021 à 9:56
Lecture 3 minutes

Excédent brut de fonctionnement négatif, manque de fiabilité du bilan comptable ou encore gestion des déchets insuffisantes : tels sont quelques-uns des points qui sont ressortis du rapport de la Chambre territoriale des comptes sur la gestion de la commune de Makemo.

Si la configuration de la commune rend plus complexe la gestion de la collectivité, elle doit veiller à “améliorer l’information délivrée aux membres du conseil municipal en complétant la présentation de ses états financiers ainsi que celle du budget annexe de l’électricité qui doit retracer l’intégralité des charges et des produits relevant de ce secteur d’activité”, indique la CTC.

Un bilan comptable qui ne reflète pas la réalité du patrimoine communal

Au 31 décembre 2020, l’actif brut immobilisé figurant dans les comptes tenus par le comptable public pour la commune de Makemo est de 2 805 115 870 de Fcfp au budget principal et de 123 149 726 de Fcfp au budget annexe de l’électricité. “Faute d’un inventaire à jour, aucun document ne garantit la fiabilité des inscriptions aux comptes d’immobilisation”, juge la CTC.

Elle estime que “le bilan comptable ne reflète pas aujourd’hui la réalité du patrimoine communal”, car la commune ne dispose pas d’inventaire physique des biens. Elle recommande ainsi à la commune de se doter dès 2021 d’un inventaire physique exhaustif et actualisé du patrimoine communal, en lien avec le comptable public.

Elle met aussi en avant la nécessité de renforcer l’organisation interne des régies de la commune, tant en termes de procédures de contrôle que de formation des régisseurs. La CTC recommande de manière générale de renforcer, dès cette année, la formation des personnels dans le domaine de la comptabilité et des finances publiques.

Dégradation des indicateurs financiers

Elle met aussi en exergue la situation financière de Makemo qui “se présente en fin de période sous grande tension”, les indicateurs principaux financiers s’étant tous dégradés à l’issus de l’année 2020. “Pour ce dernier exercice, l’excédent brut de fonctionnement est désormais négatif à hauteur de 6 millions de Fcfp et la capacité d’autofinancement nette est négative à hauteur de 11,3 millions de Fcfp”. La CTC incite la commune à mettre en place une politique forte de maîtrise des différents postes de dépenses, dès 2021, et “encourage vivement la commune à s’orienter, et ce pour plusieurs exercices, vers un budget correspondant davantage à ses capacités de financement”.

Makemo a également contracté deux emprunts auprès de l’Agence française de développement, engageant une dette annuelle de 7,5 millions de Fcfp à compter de 2023 jusqu’en 2027. “A défaut de dégager une épargne suffisante, la question est posée de la soutenabilité de la dette”, se questionne la Chambre territoriale des comptes. Cette dernière encourage la commune à solliciter son appui technique pour un accompagnement dans le cadre de la gestion et le suivi de sa dette.

Côté énergie, la production et la distribution de l’électricité est gérée par deux services : par le Pays pour l’atoll de Makemo et par la commune de Makemo pour les autres atolls associés. La CTC soulève une gestion complexe et financièrement lourde pour la commune et recommande d’étudier la mise en place d’un groupement d’achat Pays-Commune, dans le but de lancer une délégation communale de service public de l’électricité couvrant l’ensemble des atolls.

Une gestion des déchets problématique

Enfin, il est recommandé à la commune de conduire une étude en vue de l’établissement d’un plan de gestion des déchets communaux, dès 2021. Car beaucoup d’habitants de Makemo “continuent de gérer leurs déchets chez eux en les brulant”, observe la CTC.

Par ailleurs malgré une campagne de sensibilisation menée auprès des habitants sur les dangers des déchets ménagers spéciaux (piles, batteries, huile de moteur), une étude menée en 2017 par l’ILM a révélé des taux de plomb relativement important dans le sang des habitants et des enfants. En raison de faibles moyens financiers, certains paumotu feraient fondre le plomb présent dans les batteries pour confectionner des plombs de pêche et des plombs pour les ceintures de plonge, selon la même étude.

Lire aussi : Le ramassage des déchets à Makemo

Quant aux déchets ménagers récoltés par la commune, ces derniers sont actuellement entreposés sur des parcelles privées mise à disposition de la commune à titre gratuit. Cette situation a contraint la commune par deux fois entre 2015 et 2020, suite à la demande des propriétaires, à changer de lieu de stockage.

Rédigé par

infos coronavirus