La liste des PPN s’élargit au 1er avril

Publié le

Le Conseil des ministres a adopté un arrêté, la semaine dernière, modifiant la liste des PPN. Des Produits de Première Nécessité exonérés de tous droits et taxes pour une meilleure maîtrise des prix. Des produits populaires sont concernés, comme le punu pua’atoro ou encore les couches pour enfants et pour adultes. Une mesure censée soulager le budget des familles les plus nécessiteuses.

Publié le 30/03/2023 à 9:23 - Mise à jour le 30/03/2023 à 9:25

Le Conseil des ministres a adopté un arrêté, la semaine dernière, modifiant la liste des PPN. Des Produits de Première Nécessité exonérés de tous droits et taxes pour une meilleure maîtrise des prix. Des produits populaires sont concernés, comme le punu pua’atoro ou encore les couches pour enfants et pour adultes. Une mesure censée soulager le budget des familles les plus nécessiteuses.

A partir de ce samedi 1er avril, la liste des Produits de Première Nécessité s’allonge, avec en tête de gondole, le punu pua’atoro. Avec l’inflation toujours pesante sur le porte-monnaie des Polynésiens, le corned-beef, très apprécié au fenua, était devenu couteux. Ce coup de pouce est salué par l’association de défense des consommateurs polynésiens – Te Tia Ara qui s’interroge toutefois car ce produit est souvent pointé du doigt pour son impact sur la santé :

« Par rapport à la prévention, ils avaient estimé qu’il fallait le retirer à cause du diabète et tout le reste. Mais après, voyez sur les réseaux sociaux, les gens se plaignent quand ils achètent un punu pua’atoro à 700 et quelques francs. Ça devient cher pour 45 grammes de viande et encore, il y en a moins que ça », souffle Makalio Folituu, le président de l’association Te Tia Ara.

Afin de lutter contre la précarité menstruelle, le Pays intègre également dans la liste les protections hygiéniques féminines à usage unique. Selon un communiqué de la Présidence, la marge moyenne observée sur ce type de produit est actuellement de 135%. Ainsi, en intégrant la liste des PPN, cette marge devrait atteindre les 35%. Les prix en rayons seront donc en nette baisse. Selon diverses études, une femme métropolitaine consacrerait dans sa vie un budget d’environ 150 000 de Fcfp pour l’achat de ses serviettes hygiénique.

« C’est une bonne chose », se félicite Makalio Folituu. La liste des PPN intégrera également le lait maternel 3ème âge ainsi que les couches pour bébés et pour adultes.

Dernières news