fbpx
lundi 17 février 2020
A VOIR

|

La filière crevette veut faire décoller sa production

Publié le

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Publié le 03/10/2019 à 13:36 - Mise à jour le 06/01/2020 à 15:14
Lecture 2 minutes

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

L’élevage de crevettes en Polynésie débute en 1972 avec plusieurs tests réalisés sur une dizaine d’espèces originaires d’Amérique centrale et d’Asie. En 1994, le choix définitif se porte sur la crevette bleue « litopenaeus stylirostris ». Chaque année, les meilleurs individus sont conservés dans ces bassins, puis préparés à devenir des reproducteurs. “C’est une espèce qui a une croissance rapide et qui a su résister à de nombreuses maladies. Elle est complètement indème de maladies bactériennes ou virales, alors que dans le monde beaucoup des grandes productions crevéticoles sont affectés par ces maladies” indique Gilles Le Moullac, responsable de l’unité des ressources marines de l’Ifremer en Polynésie.

Si 140 tonnes de crevettes sont vendues chaque année sur le marché local, le pays souhaite doubler, voire tripler la production et atteindre 300 à 500 tonnes par an. Désormais autonome avec la cession des droits et du savoir-faire par l’Ifremer, le pays entend désormais améliorer les performances de la crevette bleue. “ça peut être divers type de performance, de croissance, c’est un développement qui va être mené avec le Syndicat des sélectionneurs avicoles et aquacoles français, qui sont des experts en génétique” confie Georges Remoissonet, chargé des programmes d’Aquaculture à la direction des ressources marines.

Près de 12,5 millions de post-larves de crevettes sont produites par l’écloserie du pays Vaia, et vendues aux éleveurs du fenua. Teva Siu, l’un d’entre eux, est le plus gros producteur. Il récolte 115 tonnes de crevettes bleues par an. Celles-ci sont élevées en bassin à terre durant 5 à 6 mois, et peuvent atteindre 20 grammes. “Avec les premiers élevage on faisait 3 à 4 tonnes, mais ça c’était au début. Depuis la production n’a cessé d’augmenté, pour la simple et bonne raison que la demande n’a cessé d’augmenter” observe le producteur.

Une zone biomarine de 35 hectares est en cours d’aménagement sur le site de Faratea. Des éleveurs de crevettes bleues en bassins, se sont déjà positionnés, sur le secteur, mais une nouvelle méthode d’élevage fait son apparition. Toa Vivish exploite depuis deux ans à Mitirapa, dix-huit cages flottantes en plein lagon. Il produit huit tonnes de crevettes réputées bio à 70%.

“On utilise l’aliment naturel, c’est-à-dire qu’il a été produit par notre lagon, comme le plancton, ou les algues filamenteuses, ça nous permet de réduire de 30% nos charges en aliments artificiels, et de produire ainsi une crevette de qualité semi-bio” se félicite Toa Vivish.

Avec 4 000 clients en attente, le producteur compte bien multiplier sa production de crevettes, pour atteindre 35 à 40 tonnes par an.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

L’intersyndicale du CHPF exige ses concours

Un an après la signature du protocole d’accord de fin de conflit, l’intersyndicale du CHPF revient à la charge. Prévue dans le protocole, l’ouverture de concours en catégorie C devait être actée en septembre, pour une programmation en 2020. Le pays a beau rappeler que "les modalités d’organisation sont en préparation", l’intersyndicale O OE TO OE RIMA, CSIP, Otahi, CSTP-FO ne veut plus attendre, et soupçonne le pays de jouer la montre.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X