samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

Derrière les dispositifs de soutien bancaire, le spectre de l’endettement

Publié le

La confiance des entreprises est au plus bas et c’est partie pour durer à en croire le Cerom (Comptes économiques rapide pour l’outre-mer). Selon une enquête diffusée ce matin, trois quarts d’entre elle ont eu recours à un dispositif de soutien et craignent d’aggraver leur endettement. Dans les secteurs les plus exposés, comme le tourisme, la restauration ou la perle, on se demande d’ores et déjà comment rembourser tous ces milliards à défaut de vrai rebond économique.

Publié le 10/06/2020 à 14:30 - Mise à jour le 10/06/2020 à 17:27
Lecture 3 minutes

La confiance des entreprises est au plus bas et c’est partie pour durer à en croire le Cerom (Comptes économiques rapide pour l’outre-mer). Selon une enquête diffusée ce matin, trois quarts d’entre elle ont eu recours à un dispositif de soutien et craignent d’aggraver leur endettement. Dans les secteurs les plus exposés, comme le tourisme, la restauration ou la perle, on se demande d’ores et déjà comment rembourser tous ces milliards à défaut de vrai rebond économique.

Plus de 1 000 entreprises sur 2 400 ont répondu au Cerom, contre un échantillon de 200 sociétés en temps normal. Soit un taux de réponse de 46%, et une participation qui en dit long sur l’attente du secteur privé. Réalisée au début du déconfinement, la visibilité était alors presque nulle pour les patrons. « Les gens avaient du mal à se positionner en termes de perspectives, et il y en a quand même beaucoup, les trois quarts, qui estiment que leur chiffre d’affaires ne reviendra pas à la normal avant au moins un an, voire beaucoup plus, on peut donc en déduire que la reprise sera assez lente » analyse Sophie Natier, responsable du service étude à l’IEOM.

Confinement oblige, 85% des entreprises ont connu une baisse de leur activité en avril, et plus de la moitié d’entre elles annoncent une perte de chiffre d’affaires de plus de 50 %. Les activités dépendantes des transports comme le tourisme ou le bâtiment sont particulièrement pénalisées.

Cependant, 15% des entreprises ont constaté une stabilisation, voire une hausse de leur activité courante, principalement dans le commerce à dominante alimentaire (4 sur 10) et l’industrie agroalimentaire (un tiers).

L’impact du confinement sur les conditions de travail ne passe pas non plus inaperçu. 7 entreprises sur 10 avaient peu, voire aucun salarié à leur poste. C’est le cas de la quasi-totalité des sociétés de l’hôtellerie et du tourisme. En parallèle, 30% des entreprises ont fait du télétravail, essentiellement des grandes entreprises (près de 6 sur 10, pour celles d’au moins 20 salariés) et dans le secteur des services non touristiques (44 %).

Près de 30 % des entreprises ont également eu recours au travail partiel, avec en première ligne les entreprises de l’hôtellerie et des services touristiques (60%). Des interruptions qui ont pris la forme de suspensions de contrat travail pour certaines entreprises.

73% des entreprises font appel aux dispositifs de soutien

Mais c’est surtout le recours massif aux dispositifs de soutien bancaire qui retient l’attention. Diese, report d’échéances, des impôts, ou des cotisations sociales : 73% des entreprises y ont fait appel, dont un tiers rien que pour le Prêt garanti par l’Etat. Un endettement qui permet certes de maintenir les liquidités, mais qui a un coût. « En plus de la perte d’activité, les chefs d’entreprises craignent d’aggraver leur endettement, les aides et les prêts signifient pour eux un remboursement, ils se demandent si l’activité va redémarrer suffisamment pour qu’ils puissent s’en remettre » résume Sophie Natier.

Le Fonds de solidarité État n’est pas en reste, sollicité par près de la moitié des entreprises éligibles. En mai, un tiers d’entre elles avaient déjà reçu une réponse positive, soit un taux d’acceptation de près de 84 % des dossiers traités. Un fonds majoritairement sollicité, ici aussi, par les entreprises du tourisme et de la restauration.

Les perspectives sont donc peu réjouissantes : 85 % des entreprises anticipent une baisse en l’activité en 2020, avec un recul du chiffre d’affaires d’au moins 50% pour 4 entreprises sur 10.

Retrouver un niveau d’activité satisfaisant prendra moins d’un an pour 29% des entreprises, et 2 ans ou plus pour 28%, selon l’enquête de l’IEOM.

Le retour à un volume d’affaires satisfaisant ne devrait pas intervenir avant un an pour la moitié des entreprises des îles du Vent et pour 70% dans le reste de la Polynésie française.

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Australie : hécatombe de « dauphins-pilotes » coincés dans une baie

Au moins 380 globicéphales ont péri après avoir été piégés sur des bancs de sable d'une baie de Tasmanie, dans le sud de l'Australie, ont annoncé mercredi les autorités. Il s'agit d'un des échouages de cétacés les plus massifs de l'histoire australienne.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV