dimanche 5 décembre 2021
A VOIR

|

Économie : les grands axes du gouvernement pour 2022

Publié le

Si le tissu économique local demeure fragilisé par la crise sanitaire, le président Fritch a indiqué une possible augmentation du PIB de 2 à 3% en 2022, avec l'espoir d'un "retour à une vie normale". Le gouvernement veut s'appuyer sur trois axes en 2022 : la relance économique et de l'emploi, la résilience et la préservation de la cohésion sociale.

Publié le 21/10/2021 à 11:52 - Mise à jour le 21/10/2021 à 17:03
Lecture 3 minutes

Si le tissu économique local demeure fragilisé par la crise sanitaire, le président Fritch a indiqué une possible augmentation du PIB de 2 à 3% en 2022, avec l'espoir d'un "retour à une vie normale". Le gouvernement veut s'appuyer sur trois axes en 2022 : la relance économique et de l'emploi, la résilience et la préservation de la cohésion sociale.

Un schéma directeur du foncier sur 15 ans

“Le Pays souhaite se doter d’un schéma directeur du foncier pour les 15 prochaines années”, a indiqué le président. Edouard Fritch veut “sécuriser les indivisions, les gérer ou faciliter leurs sorties”, grâce à des outils juridiques, fiscaux, administratifs et informatiques. Une annonce qui fait suite aux déclarations de Tearii Alpha sur la raréfaction du foncier, le 7 octobre dernier.

Car l’accroissement de la demande de logement en Polynésie se heurte à une offre insuffisante. Ce sont notamment les ménages dont les revenus sont inférieurs à 5 fois le SMIG, qui ont le plus de mal à se loger. “Cette inadéquation entre offre et demande créée des situations de mal-logement prégnantes, voire indignes, et contraint les ménages, pour la plupart des jeunes actifs, à s’éloigner de leur lieu de travail”, a déclaré le président Fritch. “Pour construire, on s’éloigne de plus en plus de la zone urbaine”.

De nouveaux logements OPH sont également attendus en 2022, soit 76 logements en habitats groupés et 500 fare.

Une politique de l’emploi “plus stimulante”

Autre objectif de 2022 : rendre pérenne le développement de l’emploi en Polynésie. Avec 66 000 salariés déclarés en 2021 contre 2 000 de plus avant le début de la crise sanitaire, Edouard Fritch dit engager l’année prochaine “une politique de l’emploi plus stimulante, dans le respect de la protection de l’emploi local“. Un des gros travaux de 2022 vise en effet à rénover l’actuel code du travail. Pour suivre l’évolution des prix, le SMIG devrait également être revu à la hausse dès le premier trimestre de 2022.

Depuis 2019, on compte 2 000 inscriptions de plus au régime des non salariés. Une augmentation qui laisse penser à une migration du régime des salariés vers le RNS pour la création de petites entreprises. Le Pays souhaite ainsi profiter de cette dynamique et encourager l’entreprenariat local.

“Il n’y a pas eu de réajustement du SMIG depuis 5 ans, et c’est une nécessité effectivement”, a fait remarqué Nuihau Laurey. Néanmoins, le représentant à l’assemblée déplore un manque de changement dans les objectifs 2022 du gouvernement. Nuihau Laurey aurait souhaité “des efforts sur les dépenses publiques, des efforts pour baisser les impôts pour les entreprises pour les aider à redémarrer, une réforme de la protection sociale et surtout des grandes modifications dans nos institutions pour être plus crédibles aux yeux de la population”.

Lutter contre l’obésité et la délinquance

Le dernier axe du budget 2022 repose sur la préservation de la cohésion sociale, en garantissant la pérennité du système de protection sociale généralisée.

“70% de nos enfants sont en surpoids”

Edouard Fritch, président de la Polynésie française

Edouard Fritch a évoqué la lutte contre l’obésité comme l’une des priorités de son gouvernement. “L’obésité est un facteur de risque, accompagnée d’autres maladies dont de nombreuses maladies chroniques telles que le diabète, l’insuffisance rénale chronique, le cancer”, a-t-il rappelé, relevant que plus de la moitié des personnes décédées de la covid était en condition d’obésité. Chez les mineurs, les problèmes de surpoids sont également de plus en plus importants. “70% de nos enfants sont en surpoids”, a fait remarquer le président, qui veut s’appuyer sur le développement du dispositif “école en santé” pour prévenir ce fléau en milieu scolaire.

Autre cheval de bataille du gouvernement : la lutte contre la délinquance, les violences, l’oisiveté et les comportements addictifs. Des phénomènes qui ne sont pas nouveaux mais qui tendent “néanmoins à s’aggraver en ce qu’ils révèlent des comportements de plus en plus extrémistes et très inquiétants”. Le Pays mise sur le plan “Générations 2021-2041”. Ce dernier comprend 4 axes : lutter contre les addictions grâce à des actions préventives et curatives, responsabiliser davantage les parents, restaurer l’esprit civique et citoyen et lutter contre l’oisiveté des jeunes. “Nous privilégierons des activités et ateliers d’insertion” a assuré Fritch, qui veut aussi favoriser l’insertion professionnelle et l’accès au logement des personnes en situation de handicap.

Pour mettre en place ses objectifs, le gouvernement prévoit un budget 2022 plus conséquent que celui de 2021, soit une augmentation de plus de 10 milliards de Fcfp.

Du côté de l’opposition, le représentant indépendantiste et maire de Paea, Anthony Géros, regrette un manque de concertation par rapport à la seconde vague de covid que le Pays vient de traverser : “aujourd’hui, le pic épidémique est retombé. [J’aurais souhaité] qu’on s’assoit autour d’une table et qu’on essaye de gommer notre impréparation par un mode opératoire qui nous permette de nous préparer à une nouvelle vague”.

infos coronavirus