jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Desserte des îles : le comité du tourisme de Maupiti lance un appel à l’aide

Publié le

En matière de maintien des liaisons aériennes intérieures : l'archipel des Iles du Vent tire bien son épingle du jeu. La quasi totalité des dessertes est maintenue. Seule Maupiti se retrouve sur la touche. Les professionnels du tourisme de l'île se sont groupés en comité. Ils refusent de rester isolés.

Publié le 23/06/2020 à 10:12 - Mise à jour le 23/06/2020 à 10:18
Lecture 2 minutes

En matière de maintien des liaisons aériennes intérieures : l'archipel des Iles du Vent tire bien son épingle du jeu. La quasi totalité des dessertes est maintenue. Seule Maupiti se retrouve sur la touche. Les professionnels du tourisme de l'île se sont groupés en comité. Ils refusent de rester isolés.

L’annonce de la suspension des vols à destination de 27 îles, pour une durée indéterminée, inquiète, dans les îles concernées.

À Maupiti, plusieurs professionnels (artisans, gérants de pensions, prestataires) se sont constitués en association. Le comité du tourisme de Maupiti souhaite fédérer les forces vives de l’île pour trouver des solutions concrètes au problème d’isolement dans lequel elle se retrouve plongée.

Maupiti Tourisme adresse deux courriers : l’un à la communauté de commune Hava’i, le second au président du Pays.

« Nous avons besoin de votre soutien »

Comité du tourisme de Maupiti

« Maupiti reste exclue du programme de vol, et ce pour une durée indéterminée.  Des vols du mois de janvier 2021 ont d’ores et déjà été annulés par Air Tahiti, ce qui nous laisse présager rien de bon quant à la reprise de la liaison aérienne historique« , indiquent ces deux missives.

« Notre île vit en très grande majorité du tourisme, directement ou indirectement.  Tourisme qui connait une croissance remarquable : entre 2016 et 2018 hausse de 23,4%. Maupiti est une destination prisée  ayant acquis une réputation de paradis intact et authentique.

Maupiti – Crédit photo TNTV

Tahiti Air Charter va sans doute effectuer des rotations entre Maupiti, Bora Bora et Raiatea, une fois l’accord de l’aviation civil obtenu. Il est évident que cette offre ne suffira absolument pas à compenser l’arrêt d’Air Tahiti. Un pansement sur une plaie béante !« , poursuivent les professionnels du tourisme.

« Comment un vol de huit places qui, tout cumul fait, transportera sur une semaine une quarantaine de passagers dont les Evasans, car oui cela est aussi une priorité, va-t-il nous permettre de vivre, nous tous les prestataires du tourisme de l’île ? On compte actuellement une vingtaine de pensions et hébergements sur Maupiti, générant aux alentours de 80 lits. Le calcul est vite fait !

Nous ne tiendrons pas longtemps, nous coulons petit à petit, au fil des annulations de nos clients !

Maupiti – Crédit photo TNTV

Nous avons cherché des solutions et joint  le gérant du Maupiti express. Il est prêt à venir sur Maupiti mais a besoin de votre aide financière.  Il pourrait en effet assurer des liaisons régulières entre Raiatea, Bora Bora et Maupiti.  Transport de passagers mais également de fret.

Voilà pourquoi nous nous permettons de nous rapprocher de vous :

NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN !

Nous vous jetons une bouteille à la mer, un cri urgent de demande d’aide !

Nous sollicitons votre appui pour permettre au Maupiti Express d’effectuer ce rôle de liaison vitale.

Grace à votre soutien Maupiti  serait accessible par voie maritime »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV