dimanche 24 janvier 2021
A VOIR

|

Des cosmétiques bio à base d’huile de Tamanu

Publié le

Nos produits locaux cachent encore bien des richesses. C’est le cas du Tamanu. Une société locale s’est lancée dans la fabrication de crème solaire et d’huile sèche de Tamanu Bio.

Publié le 12/01/2021 à 9:49 - Mise à jour le 12/01/2021 à 9:49
Lecture 2 minutes

Nos produits locaux cachent encore bien des richesses. C’est le cas du Tamanu. Une société locale s’est lancée dans la fabrication de crème solaire et d’huile sèche de Tamanu Bio.

Dans un atelier de Punaauia, 30 à 40 tonnes de noix de Tamanu sont traités artisanalement chaque année, pour en extraire de l’huile. Mais depuis le 5 décembre, les produits cosmétiques que fabriquent Franck et Patou sont estampillés Cosmos Organic. Leurs cosmétiques sont donc reconnus Bio. Ce projet, le couple l’a mûri durant le confinement avec une société française spécialisée dans la chimie verte. « On n’est pas restés les bras croisés. On a voulu absolument développer et aller jusqu’au bout de la production d’huile de tamanu biologique qu’on faisait depuis 2018 et aller jusqu’au produit fini. En ce qui nous concerne nous, on voit que la filière est en pleine expansion. Elle a besoin je pense de se regrouper. C’est-à-dire qu’on aurait un jour un groupement de professionnels du Tamanu, ce serait bien. Pour se faire connaître à l’étranger, parce que ça c’est important », estime Franck Guillot.

Pour garder le label bio, le processus de fabrication doit être scrupuleusement tracé, du ramassage par la dizaine de familles validées par Ecocert au séchage sur les hauteurs de Puunui, en passant par le concassage des noix : « elles sont pressées dans une machine qui a une vis hélicoïdale. La machine a un rendement de 75% environ. C’est à dire que lorsqu’on met 100 kg de graines on a 75% de litres d’huile de Tamanu. Après il y a le décantage, on en perd un peu c’est normal. On travaille à l’ancienne comme les anciens l’ont appris, nous l’ont transmis, à Patou etc. C’est notre fierté : de travailler encore comme des artisans. »

Hormis l’huile de Tamanu, tous les composants de ces cosmétiques, comme l’argile viennent d’Europe. La première ligne de cosmétique, produite en métropole, est prête à la vente. La prochaine sera produite localement, dans un an. L’arrivée des machines et d’un formateur est prévue pour mars.

Plusieurs autres entreprise transforment le tamanu en Polynésie, notamment pour produire de l’huile vierge.

infos coronavirus