fbpx
vendredi 28 février 2020
A VOIR

|

De plus en plus de Calédoniens s’installent en Polynésie

Publié le

Les conséquences de la situation en Nouvelle-Calédonie se font sentir jusqu’en Polynésie. En effet, de plus en plus de Calédoniens investissent au fenua. La situation politique et économique de l’archipel pousse les habitants à rechercher la stabilité. Beaucoup de Calédoniens, mais aussi de Tahitiens installés sur le caillou rentrent au Pays.

Publié le 07/01/2020 à 16:16 - Mise à jour le 10/01/2020 à 9:19
Lecture 2 minutes

Les conséquences de la situation en Nouvelle-Calédonie se font sentir jusqu’en Polynésie. En effet, de plus en plus de Calédoniens investissent au fenua. La situation politique et économique de l’archipel pousse les habitants à rechercher la stabilité. Beaucoup de Calédoniens, mais aussi de Tahitiens installés sur le caillou rentrent au Pays.

Vingt ans après l’accord de Nouméa, la Nouvelle-Calédonie demeure toujours fragilisée. Alors que le deuxième référendum d’autodétermination doit avoir lieu le 6 septembre prochain, les habitants ne cachent plus les tensions raciales qui règnent. Au-delà de l’indépendance, la situation économique de l’archipel n’est pas au beau fixe et creuse toujours plus les inégalités. Résultat : c’est en Polynésie que beaucoup de Calédoniens viennent trouver une vie paisible, loin des problèmes économiques et politiques.

Yohann Said est né à Nouméa. Il s’est installé à Tahiti il y a deux semaines pour des raisons familiales, mais pas seulement : “Le climat est quelque peu tendu dans le pays à cause de ces histoires sur le référendum, qui, à mon sens, n’aboutissent pas. J’ai l’impression qu’on n’arrive pas à se sortir de ce climat. (…) Je ne me retrouve pas dans la Calédonie d’aujourd’hui. Ce n’est pas la Calédonie dans laquelle j’ai grandi, dans laquelle j’ai été élevée. (…) On en est au deuxième référendum, et rien ne se passe. On ne sait pas où on va, on ne sait pas ce qui est proposé pour sortir de tout ça. Je ne vois pas d’issue pour le moment car chaque politicien campe sur ses positions et on ne trouve pas de consensus au final”. “Je me sens bien en Polynésie parce qu’il y a une douceur de vivre. Et je m’y sens bien en tant que Calédonien. Je vis un peu ici comme je vivais il y a quelques années en Nouvelle-Calédonie” poursuit-il.

Lire aussi > Référendum : Polynésie, Nouvelle-Calédonie, des configurations “différentes”

L’instabilité est palpable tout comme en Polynésie lors du Taui en 2004, période à laquelle beaucoup de Tahitiens ont préféré partir vivre en Nouvelle-Calédonie. Mais aujourd’hui, eux-aussi reviennent au pays, sentant le vent tourner. “Cela fait 30 ans que j’y vis. J’en ai assez, je veux rentrer (…) Cela devient de plus en plus dur là-bas, les taxes augmentent, le comportement des gens change etc. Ce ne sont pas que les kanaks qui veulent l’indépendance. Et cela devient de plus en plus bordélique. Je ressens une montée du racisme. On te dit bonjour devant et on te jette le caillou par derrière. Je veux protéger mes enfants et les ramener au fenua pour qu’ils connaissent leur culture, leur racines, car ils sont nés en Nouvelle-Calédonie” confie Karl Pittman, originaire de Tahiti.

Autre conséquence de la situation en Nouvelle-Calédonie : la fuite en avant des promoteurs immobiliers. Robby Levaillant, gérant d’une agence immobilière le confirme, de plus en plus de Calédoniens investissent en Polynésie. “Le nickel n’est pas en grande forme à l’heure actuelle, le tourisme, c’est pas la grande fête là-bas, ils n’ont qu’une compagnie aérienne, au niveau du développement politique, il y a une entente qui est un peu limite, et ils voient qu’en Polynésie française cela se passe très bien depuis quelques années et que le climat est calme (…) Je trouve ça très bien que les Calédoniens viennent, c’est bénéfique pour le territoire et pour l’emploi” explique-t-il. Cet exode est en effet une aubaine pour l’économie de la Polynésie.

En Nouvelle-Calédonie, un troisième référendum pour l’indépendance pourrait avoir lieu en 2022.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X