jeudi 13 mai 2021
A VOIR

|

Crise économique : 35% des ménages parviendraient tout juste à boucler les fins de mois

Publié le

Une étude menée par le CEROM révèle les conséquences de la crise covid sur les revenus, l'emploi et les habitudes des ménages. Selon les chiffres, l'emploi d'un tiers des foyers aurait été impacté et 1 ménage sur 10 aurait des problèmes pour honorer ses dettes.

Publié le 13/04/2021 à 14:13 - Mise à jour le 13/04/2021 à 14:13
Lecture 2 minutes

Une étude menée par le CEROM révèle les conséquences de la crise covid sur les revenus, l'emploi et les habitudes des ménages. Selon les chiffres, l'emploi d'un tiers des foyers aurait été impacté et 1 ménage sur 10 aurait des problèmes pour honorer ses dettes.

32% des ménages ont été affectés par la crise covid, que ce soit par une perte d’emploi ou une réduction du temps de travail. C’est ce qu’a révélé, entre autres et après un an de crise sanitaire, une étude menée par le CEROM, un partenariat réunissant l’AFD, l’IEOM et l’ISPF. Interrogés en février 2021, les ménages ayant participé à l’étude ont permis de récoltés des données sur leur situation financière, leur comportement d’épargne et d’achat ainsi que l’impact qu’a eu sur eux la crise covid.

L’emploi d’un tiers des foyers de Tahiti et Moorea impacté

32% des ménages qui ont participé à l’enquête ont confié avoir été impactés par la crise covid. En effet, 9% ont perdu un emploi et 23% ont vu leur temps de travail réduit. Cependant, ces estimations n’incluent pas les baisses de revenus sans diminution du temps de travail, comme le report ou l’annulation de primes, la diminution par les chefs d’entreprises de leur salaire propre ou encore la baisse de marge des activités patentées.

Par ailleurs, plus de 60% des ménages pensent que le marché du travail va se dégrader au cours des 6 prochains mois, que ce soit de façon nette ou légère.

Situation financière délicate

Sur Tahiti et Moorea, 15% des ménages déclarent devoir puiser dans leurs économies ou s’endetter pour faire face aux dépenses quotidiennes et plus d’un tiers (35%) parviennent tout juste à boucler les fins de mois.

De plus, si 52% des ménages des îles du Vent ont au moins un crédit bancaire en cours, actuellement 16% d’entre eux font face à des difficultés pour honorer leurs échéances. Plus de la moitié indique que ce phénomène est lié à l’impact de la crise sur leur emploi.

Si certains ont du mal à rembourser leurs crédits, d’autres peinent à assumer les charges provenant de dépenses courantes. Plus précisément, 11% des ménages rencontrent des difficultés à payer le loyer, l’eau, l’électricité ou encore à rembourser des dettes contractées auprès de proches ou de magasins.

Pourtant l’IEOM a mis un place un dispositif de traitement du surendettement des particuliers. Mais plus de la moitié des ménages endettés et en difficulté ont confié ne pas en avoir connaissance.

Des prévisions d’achats importants en baisse

Même si, dans un contexte d’incertitudes, 50% des foyers disent réussir à épargner, cela se fait au prix d’une réduction de leur consommation. Près de 90% des ménages de Tahiti et de l’île sœur prévoient de diminuer leurs achats de biens importants (meubles, télévision, ordinateur, etc.), au cours des 6 prochains mois.

Par ailleurs, 66% des ménages ont affirmé avec certitude ne pas penser investir dans l’immobilier au cours des 6 mois à venir.

Retrouvez tous les détails de l’étude du CEROM en cliquant ICI

infos coronavirus