mercredi 10 août 2022
A VOIR

|

Avec la hausse du prix du carburant, les taxis demandent une hausse de leurs tarifs

Publié le

Les prix du carburant sont maintenus à un niveau relativement bas depuis le 1er janvier, en grande partie grâce au recours du FRPH. Ils continuent toutefois d'augmenter sans limite et mettent en péril non seulement l'équilibre budgétaire du Pays, mais aussi les professionnels des services de transport.

Publié le 08/07/2022 à 15:50 - Mise à jour le 26/07/2022 à 16:08
Lecture 2 minutes

Les prix du carburant sont maintenus à un niveau relativement bas depuis le 1er janvier, en grande partie grâce au recours du FRPH. Ils continuent toutefois d'augmenter sans limite et mettent en péril non seulement l'équilibre budgétaire du Pays, mais aussi les professionnels des services de transport.

Les taxis regardent d’un œil plus vigilant le prix d’un plein. Avec une augmentation de 35 Fcfp par litre pour le sans plomb et le gasoil depuis le 1er juillet et de multiples trajets dans la zone urbaine, difficile de réduire la consommation en carburant. Le budget est en moyenne de 40 000 Fcfp par mois pour un véhicule de type SUV. Et encore plus pour des véhicules de type VAN haut de gamme. Face à cette hausse des prix à la pompe, la coordination des syndicats de taxis de Tahiti et de Moorea a sollicité le pays pour étudier l’impact de cette augmentation sur leur activité.

Calixte Guilloux, président de la Coordination des syndicats des chauffeurs de taxis de Tahiti & Moorea, alerte sur les difficultés rencontrées par la profession : “Il faut absolument partir le plus rapidement possible sur une augmentation des tarifs pour les taxis. Depuis 2012n je le répète, il n’y a pas eu d’augmentation des tarifs. […] On doit travailler sur les tarifs avec un organisme indépendant, un appel d’offre a été fait par la Direction des Transports Terrestres”.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

Depuis 2012, les tarifs des taxis sont de 1000 Fcfp la prise en charge. De jour, le tarif du kilomètre est fixé à 130 Fcfp, et 230 Fcfp la nuit. Le carburant étant le poste de dépense le plus important pour les taxis, les syndicats veulent ainsi négocier une détaxe sur l’essence et le gasoil. En attendant, pour faire quelques économies, les chauffeurs utilisent le mode éco si leur véhicule en est équipé. Comme d’autres usagers de la route, ils se rendent dans des stations qui affichent des réductions. Autre solution trouvée par certains taxis : l’investissement dans des véhicules hybrides pour anticiper des hausses futures.

Le budget carburant pèse aussi  sur les charges des sociétés de transport de marchandises. Celles que nous avons contacté nous ont expliqué qu’il est encore trop tôt pour mesurer l’impact de ce surcoût. La stratégie adoptée est de poursuivre l’optimisation des trajets.

Concernant les taxis, des discussions sont en cours au gouvernement.

infos coronavirus