samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Allègement du confinement : une reprise en douceur pour les tatoueurs

Publié le

Les tatoueurs du fenua ont pu reprendre leur activité depuis l'annonce de l'allègement du confinement. Cela faisait près de deux mois qu’ils avaient cessé leur activité. Et bien qu'aucune mesure restrictive ne leur a été imposée, ils ont anticipé les choses pour assurer leur sécurité et celle de leurs clients.

Publié le 07/05/2020 à 16:00 - Mise à jour le 07/05/2020 à 16:39
Lecture 3 minutes

Les tatoueurs du fenua ont pu reprendre leur activité depuis l'annonce de l'allègement du confinement. Cela faisait près de deux mois qu’ils avaient cessé leur activité. Et bien qu'aucune mesure restrictive ne leur a été imposée, ils ont anticipé les choses pour assurer leur sécurité et celle de leurs clients.

Depuis l’annonce du confinement, le 20 mars dernier, les tatoueurs ont dû arrêter leur travail et n’ont donc plus eu de rentrée d’argent. « Pour garder la main, on a dessiné comme on ne pouvait pas tatouer » confie Pai Ariitai, tatoueur.

Lire aussi > Allègement du confinement à Tahiti et Moorea à compter du 29 avril : les nouvelles mesures

Alors aujourd’hui, la reprise de l’activité est plus que nécessaire pour eux : « J’ai pris quelques rendez-vous. Mais même si on a allégé le confinement, la plupart des clients hésitent un peu à venir«  explique Pai. « J’ai tout ce qu’il faut, des gants, des masques, du gel hydro-alcoolique, des blouses jetables… Et si des clients arrivent sans masque, je leur en donne un, c’est la moindre des choses. Il faut qu’on tatoue en toute sécurité poursuit-il. Dans notre métier, on est tout le temps en contact avec la personne. Et comme on tatoue sur la peau, il vaut mieux demander au client s’il va bien, s’il est en pleine forme pour pouvoir se faire tatouer etc. ».

Mais les tatoueurs du fenua se sentent un peu lésés, aucune directive ne leur a été donnée de la part des autorités compétentes concernant la fermeture de leur shop durant le confinement ou encore les modalités de leur réouverture avec l’allègement du confinement : « On n’a pas eu de revenus pendant deux mois. (…) On a tous des loyers à payer. On voudrait au moins un coup de pouce du territoire. Il faut penser à nous, aussi. Concernant les tatoueurs, je ne sais pas si le Pays est derrière nous. C’est dommage qu’on soit dans cette situation. En métropole, ils ont un syndicat de tatouage, alors qu’ici, non ».

En effet, comme l’explique Steve Katupa, tatoueur en région parisienne : « On est régi par la SNAT, le syndicat national des artistes tatoueurs, présidé par Tintin, et dès le début du confinement, on a reçu un mail de leur part nous demandant de cesser notre activité. (…) Mais on pourra rouvrir à partir du 11 mai (date du déconfinement en métropole, NDLR)« .

Et tout comme comme leurs homologues métropolitains, sur le territoire, chaque tatoueur ne reçoit qu’un seul client par jour pour une durée de 2-3 heures maximum. L’hygiène fait partie intégrante du métier de tatoueur et ils anticipé sur les mesures sanitaires. Chaque tatoueur a sa blouse, son masque, le matériel est plastifié, le sol régulièrement nettoyé, les poignées de portes désinfectées… « On a repris tout doucement, depuis hier. Déjà, on ouvre pas nos portes au public. On fait venir tous ceux dont les rendez-vous ont été annulés depuis mars, jusqu’à la levée totale du confinement précise Patu Mamatui, tatoueur. Il ne faut pas prendre à la légère ce virus, il est mortel ».

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Relance : À l’Assemblée, Moetai Brotherson demande un « plan...

https://www.facebook.com/Moetai2017/videos/1126834587685465 "Ma question s'adresse à monsieur le ministre des Outre-mer : "rien ne sera plus jamais comme avant"....

Covid 19 : preuves émergentes sur la transmission par...

Un groupe de 239 scientifiques internationaux a appelé lundi les autorités de santé de la planète et en particulier l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à reconnaître que le nouveau coronavirus peut se propager dans l'air bien au-delà de deux mètres et à recommander par conséquent une ventilation vigoureuse des espaces publics intérieurs.

La durée de prescription des médicaments à base de...

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a alerté les autorités sanitaires sur les risques de dépendance et...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV