dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Viriamu, un jeune Polynésien virtuose du piano

Publié le

Viriamu Itae-Tetaa, ancien élève au Conservatoire Artistique de Polynésie française (CAPF) a réussi le difficile concours d’entrée au Royal College of Music de Londres. À 20 ans seulement, cet étudiant au profil scientifique a finalement opté pour des études de musique.

Publié le 11/07/2019 à 15:30 - Mise à jour le 03/02/2020 à 13:41
Lecture 2 minutes

Viriamu Itae-Tetaa, ancien élève au Conservatoire Artistique de Polynésie française (CAPF) a réussi le difficile concours d’entrée au Royal College of Music de Londres. À 20 ans seulement, cet étudiant au profil scientifique a finalement opté pour des études de musique.

Viriamu Itae-Tetaa avait deux ans et demi lorsqu’il a découvert l’instrument avec sa mère, qui en jouait. Fils aîné d’une famille d’artistes, le jeune homme de 20 ans a quitté le fenua en 2012 pour suivre des études de Maths sup en métropole. Mais entre les chiffres et la musique, l’artiste a fait son choix. « J’adore les sciences et je continue toujours lorsque j’ai du temps, mais en Math sup, on n’a pas vraiment le temps aux loisirs. Même si j’étais dans un conservatoire à l’époque, je n’avais pas le temps de travailler comme il le fallait mon piano. Ce qui fait que dans l’année j’ai monté un concerto seulement, donc c’est très peu. C’est justement là où je me suis dit qu’il y avait un réel manque au fond de moi, et que je me suis rendu compte que le piano était beaucoup plus important que je le pensais. Au final, la voix qu’on a choisi au départ n’est pas forcément celle qui est tracée pour l’avenir » explique le pianiste.

De passage à Tahiti le temps des vacances, Viriamu retrouve en ce moment les salles du conservatoire, là où il a appris ses premiers morceaux jusqu’à l’adolescence. La direction de l’établissement lui laisse un accès libre pour répéter entre 3 à 5 heures par jour. « À l’époque, on avait déjà remarqué qu’il était au-dessus des autres enfants de son âge musicalement. Avec sa longue queue de cheval, on le voyait de loin, il avait un côté nonchalant, mais quand il était sur le piano, on était impressionnés ! » dit Fabien Dinard, directeur du conservatoire artistique de la Polynésie française.

Titulaire d’une licence d’interprète musical, Viriamu a réussi le concours d’entrée au Royal College of Music de Londres en jouant des morceaux de Rachmaninoff, Liszt et  Brahms. « Cela a été deux ans et demi de préparation. Lors du concours, on avait trois morceaux seulement à jouer durant 15 minutes. C’était un programme libre. On avait le choix entre différentes époques comme le classique, le baroque, le romantique, le moderne, le contemporain… Et moi j’ai choisi la période romantique » précise Viriamu.

En plus du classique, le virtuose souhaite se spécialiser dans les musiques de film. Son ticket d’entrée obtenu au Conservatoire supérieur de Londres, le musicien garde la tête sur les épaules. Il devra travailler dur ses partitions pour réussir des concours afin d’obtenir des prix au fil des quatre années d’études. Sa rentrée est prévue pour septembre.

Le conservatoire artistique de Polynésie compte quatre classes de piano. Le parcours de Viriamu est un encouragement pour les 200 élèves pianistes du fenua.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Exonérations du paiement de redevances pour les professionnels et...

Dans le souci de venir en aide aux entreprises et patentés de Papeete impactés par le confinement général imposé du 20 mars au 29 avril dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire établi pour faire face à la pandémie de Covid-19, le conseil municipal de Papeete a décidé de leur accorder des exonérations exceptionnelles et temporaires de paiement des redevances communales

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV