mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

Vidéo – Une partie du marae Taputapuatea s’est effondrée

Publié le

Publié le 20/11/2017 à 8:38 - Mise à jour le 20/11/2017 à 8:38
Lecture < 1 min.

Indignation sur la toile polynésienne depuis lundi : une internaute a publié des images du marae Taputapuatea endommagé. Une partie du monument s’est écroulée.

Déjà en juillet dernier, la commune appelait la population et les visiteurs à respecter le site. Des personnes avaient été photographiées prenant la pause, debout sur les pierres sacrées. La commune menaçait de poursuivre les personnes en justice. 

Selon nos informations, il semblerait que ce soit une jeune femme, en voulant se prendre en photo sur le haut du « ahu » qui aurait provoqué cette dégradation.

L’effondrement pourrait cependant être dû simplement à la fragilité du marae. De nombreuses roches sont en équilibre précaire. En tout cas, ce n’est pas le premier éboulis qui se produit sur ce marae… Sur le site Hauviri qui fait face à la plage, une partie du Ahu est également tombé en début d’année. Fragilisé par le temps également, d’autres plaques de roches menacent de s’effondrer.

Le ministre de la culture Heremoana Maamaatuaiahutapu, interrogé par nos confrères de Radio 1, a expliqué que le marae fait l’objet actuellement d’une étude par un bureau spécialisé qui devrait faire des propositions pour consolider l’édifice sans le dénaturer.

Le marae Taputapuatea a été classé cette année au patrimoine mondial de l’Unesco. La labellisation du site devait permettre de le préserver le lieu. 

 

Rédaction web 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Outre-mer : un plan de 119,3 milliards de Fcfp...

Le ministère des Outre-mer et l'Agence française de développement (AFD) ont signé lundi un plan doté d'un milliard d'euros (environ 119,3 milliards de Fcfp) pour accompagner les collectivités locales et les entreprises ultramarines dans la crise sanitaire et économique liée au coronavirus

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV