vendredi 14 août 2020
A VOIR

|

Vidéo – Arrivée mouvementée de Hokulea à Raiatea

Publié le

Publié le 24/04/2017 à 15:43 - Mise à jour le 24/04/2017 à 15:43
Lecture < 1 min.

Le protocole ancestral de l’accueil des pirogues est clair. Aucune de ses deux embarcations ne devaient franchir la passe sacrée, sans en avoir eu l’autorisation. « Ils sont rentrés vers 8 heures, 8 heures trente, c’est ce que nous venons de voir. Et nos anciens, ils n’accepteront pas qu’ils viennent directement sur le site de Taputapuatea, sans passer par l’accueil de la tradition. On est obligé de ramener la pirogue à l’extérieur de la passe, de façon à ce qu’ils fassent leur entrée, selon la tradition. » explique Thomas Moutame, maire de Taputapuatea.

De ce fait, ce matin, les deux pirogues ont été sommées de ressortir du lagon, sans quoi, toute la cérémonie allait être annulée.

Une attente qui va durer près de trois heures. Au final, Les deux pirogues sont entrées dans la passe de Te Ava Mo’a, au son des pu et des levées de rames. Les membres des deux équipages se sont tout d’abord approchées du rivage, sur le site Taura’a – Tapu, afin de restituer les deux pierres sacrées, après un orero d’accueil de papa Maraehau, et d’un représentant de Hokule’a et Hikianalia.

Les pierres sacrées ont donc finalement retrouvé leur place sur le Ahu du grand Marae Taputapuatea. Cette cérémonie a été suivie par plus de 500 personnes.
 

Rédaction Web avec Ronny Mou-Fat

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Fermeture des boîtes de nuit : « un coup de...

Nouveau coup dur pour les propriétaires des discothèques de Papeete. Avec la recrudescence du nombre de cas de Covid-19, les autorités du Pays et de l’État ont annoncé la fermeture des boîtes de nuit du 12 au 25 août inclus. Ces espaces clos sont considérés comme propices au non-respect de la distanciation sociale et donc à une forte propagation du virus. Une décision injuste selon le syndicat des bars et dancings.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV