fbpx
lundi 21 octobre 2019
A VOIR

|

Vidéo – A l’université, les étudiants se mobilisent pour les langues polynésiennes

Publié le

Publié le 08/02/2018 à 13:54 - Mise à jour le 08/02/2018 à 13:54
Lecture 2 minutes

« Nos langues ne sont pas mortes ! » , s’exclame Taputu Tauhiarai,  étudiant. Au fenua, de nombreuses forces vives célèbrent chaque jours leurs traditions, leurs cultures et leurs langues. Ce vendredi, c’est ce qu’ont fait les étudiants de l’Université de Polynésie française (UPF).

Une partie des élèves de la licence de reo maohi a organisé la 9ème édition de la journée des langues et culture polynésiennes. Cette année, le thème choisi pour mettre en valeur les cinq archipels était l’environnement. Au-delà d’un simple rassemblement, cette journée résonne comme un acte militant pour le comité organisateur.  

Taputu Tauhiarai, en deuxième année de licence en reo maohi et président du comité organisateur, souligne :

« C’est une manière de montrer que les différentes langues existent toujours. Nos langues ne sont pas mortes ! Il y a toujours des gens qui les parlent… Par le biais de cet événement, nous souhaitons montrer à la population et à tous ces jeunes que c’est toujours un privilège de parler sa langue. Surtout que c’est de plus en plus rare… »

DES LANGUES BIEN VIVANTES

Derrière le jeune homme, un groupe d’étudiants originaires des Australes monte sur scène. Une jeune femme déclame un orero dans sa langue natale. Le public est captivé, même si tout le monde ne comprend pas.

Vahi Richaud, maitre de conférences en langue, littérature et civilisation tahitienne, fait elle aussi partie de l’audience. La professeure se félicite de voir tant de jeunes se mobiliser pour cette journée spéciale. Les langues polynésiennes sont-elles appelées à mourir ? Elle s’agace :

« On voudrait qu’elles soient mortes ! C’est ça qui est extraordinaire ! On continue à véhiculer ce message de déperdition alors que ces langues sont toujours vivantes ! »

TOUT N’EST PAS PERDU

Sur scène, le orero a laissé place à la danse. Une dizaine de jeunes filles se lance dans un ‘aparima.

Assise sur une chaise face à la scène, Monique Hauata attend avec impatience de voir sa petite-fille monter sur scène. Cette habitante de la presqu’île regrette que de moins en moins de jeunes s’attachent à parler tahitien. Chez elle, c’est tous les jours :

« Beaucoup de gens essayaient de faire un effort pour revenir à sa propre culture. Pour ma part, c’est déjà à la maison qu’il faut continuer à cultiver cette culture : danses, chants, nourriture… C’est parfois difficile mais ce n’est pas perdu ! »

Selon la maître de conférences, c’est ce lien qu’il faut cultiver. Il ne suffit pas de grand-chose pour que ces langues vivent encore de longues années.

« Il faut de la transmission ! C’est justement à travers ces jeunes qui ont la volonté de maintenir leur langue. L’essentiel est qu’ils continuent à parler leur langue à n’importe quelle heure et devant n’importe quelle autorité… »
 

Rédaction web avec Thierry Teamo

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Loma Spitz, grande dame de la chanson est décédée

Le monde de la musique polynésienne de la "belle époque" est en deuil. Loma, qui a formé avec sa soeur Mila, le duo célèbre des années 60 "Loma et Mila" est décédée aujourd'hui à l'âge de 80 ans des suites d'une longue maladie.

Papeete international Sevens : Rapa Nui vainqueur chez les...

Les joueurs de Rapa Nui se sont imposés devant le RC Pirae pour la 3e édition de l'événement Papeete international Sevens. Chez les femmes, les Rugby Hine l'emportent face aux représentantes de l'île de Pâques.

Don d’organes : “Donneur ou pas, l’important est de...

Les associations Un don de vie et Donneurs de sang de Polynésie ont organisé samedi une journée de sensibilisation pour encourager le don d’organes. Carine Domelier, membre de l’association Un don de vie, explique que, "donneur ou pas, l’important est de le dire à ses proches".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X