jeudi 6 octobre 2022
A VOIR

|

“Vahine Tatau”, le livre posthume de Lucien Pesquié sur le renouveau du tatouage polynésien

Publié le

Peu de temps avant son décès en 2019, Lucien Pesquié avait travaillé sur un livre regroupant des centaines de photos de vahine tatouées. Un livre aujourd'hui publié, grâce à sa fille Vanessa.

Publié le 20/08/2022 à 16:32 - Mise à jour le 20/08/2022 à 17:29
Lecture 2 minutes

Peu de temps avant son décès en 2019, Lucien Pesquié avait travaillé sur un livre regroupant des centaines de photos de vahine tatouées. Un livre aujourd'hui publié, grâce à sa fille Vanessa.

Décédé en mars 2019 à l’âge de 66 ans, Lucien Pesquié était un photographe bien connu au fenua. Lucien avait aussi fait carrière dans l’armée de l’air. Doté du grade d’Adjudant-chef, il avait été décoré à maintes reprises, notamment de la Croix du combattant. Il avait à son actif plus de 3 000 heures de vol. Artiste également, Lucien était avant tout un père, un grand-père, un ami, un amoureux du fenua, un homme au grand cœur.

L’une de ses filles, Vanessa Pesquié, a aujourd’hui rassemblé dans un recueil, des photos exclusives de vahine tatouées : “En couvrant plus de 20 ans de Heiva, Lucien a vu l’évolution du tatouage sur les corps féminins, et la place que ça prenait de plus en plus. Et il a eu envie, en tant qu’amoureux de la culture polynésienne et des vahine, de mettre ça en corrélation et de faire un ouvrage sur le renouveau du tatouage polynésien sur les vahine. C’est vraiment un hommage au corps de la femme et aux tatouages”.

Elle tient cependant à préciser que le livre “n’est pas du tout un livre posthume qui rend hommage à mon père, c’est un livre sur lequel il avait travaillé pendant 5 ans. Moi, je suis juste arrivée sur la fin. J’avais choisi avec lui la couverture. Et pratiquement à la fin de la mise en page, il est décédé. (…) Ce livre, c’est le sien, ce n’est pas du tout le mien. J’ai juste apporté ma petite touche sur la fin”.

“Vahine Tatau – volume 1” sera disponible mi-septembre, en exclusivité, dans les librairies en Polynésie. Il le sera peu de temps après, en métropole.

Un autre tome de “Vahine Tatau” est prévu plus tard, ainsi qu’un autre ouvrage, consacré au Heiva cette fois, et un autre encore, qui offrira un regard plus complet sur la Polynésie.

infos coronavirus