vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Une pierre légendaire appartenant à un lézard risque d’être dynamitée

Publié le

Publié le 31/05/2017 à 14:05 - Mise à jour le 31/05/2017 à 14:05
Lecture 2 minutes

Cette famille Domingo est inquiète : un rocher installé sur le flanc de la montagne de la vallée de Onohea est susceptible d’être démoli. Révy Vaitoare, historien de la commune, explique que la pierre serait l’entrée d’une grotte appartenant à un lézard. Selon une légende ancestrale, ce reptile de 13 mètres de long vivait dans la cavité. Il aurait été tué à coups de hache par le guerrier Hitirau. Aujourd’hui, le corps de l’animal émergerait quelques fois sur le sable de la plage de Onohea.

Mais le problème n’est pas tellement le lézard. Il est surtout foncier. Les deux familles revendiquent le même terrain.

Les Domingo sont persuadés que le rocher est situé sur leur territoire. Ils souhaitent conserver ce patrimoine culturel à tout prix. Sauf que la famille Charles a débuté des travaux de terrassement au niveau du rocher. Pour stopper le conflit, le maire a décidé de les arrêter provisoirement.  « Je ne comprends pas, c’est nous les descendants ! Ces cailloux c’est pour enrocher la rivière ! c’est pour aider que j’ai fait ça. Si vraiment un spécialiste vient et confirme que c’est l’entrée d’une grotte alors on le laissera et on mettra des fleurs à coté! » s’esclaffe Berthe Charles.

Berthe Charles pensent que le terrain lui appartient :

Mais «le lézard ne veut pas que les habitants rasent les rochers », rétorque l’historien Révy Vaitoare. 


La famille Domingo a déposé plainte contre leurs voisins pour qu’ils retirent les barbelés qui mènent à leur terrain en flanc de montagne. Berthe et son mari assurent eux, que si le rocher a bien une histoire, ils ne le démoliront pas. Mais les travaux de terrassement reprendront. 

Révy Vaitoare raconte l’histoire du lézard :

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une famille de braqueurs jugée au tribunal

Principaux protagonistes de l’affaire : trois frères de la famille Tchen ainsi que leur père. Une fratrie bien connue de la justice car...

Le groupe Air France va supprimer 7 580 postes d’ici...

La direction du groupe Air France a annoncé vendredi vouloir supprimer 7 580 postes dans la compagnie Air France et la filiale régionale Hop! d'ici fin 2022 pour "faire face à la crise du Covid-19 qui frappe durement le groupe".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV