samedi 28 novembre 2020
A VOIR

|

Une fresque à Papeete pour célébrer le centenaire de l’Armistice

Publié le

Publié le 19/12/2018 à 16:29 - Mise à jour le 19/12/2018 à 16:29
Lecture 2 minutes

Les poilus et combattants du Bataillon du Pacifique vont de nouveau être à l’honneur dans les rues de Papeete. Quatre artistes du fenua ont été sélectionnés par le ministère de la Culture pour réaliser une imposante fresque leur rendant hommage. Les premiers coups de pinceaux ont été donnés ce mercredi sur le mur d’époque de l’ancienne caserne Bruat.

>>> Voir aussi : Vidéos – René Bidal : « Il est essentiel que nous ayons toujours en tête que la guerre est une horreur »

Un projet bien différent de ceux sur lesquels travaillent habituellement les graffeurs : « Cela a été un brief assez particulier. Déjà par le support : le mur qui est très ancien, et ensuite par le thème. On est vraiment contents de travailler sur ce projet-là » confie Hell Ton John.

​Outre la peinture et le graff, les artistes feront aussi appel au numérique. Dix portraits d’anciens combattants des deux guerres, retravaillés sur ordinateur seront reproduits sur d’imposants panneaux, puis imbriqués dans le mur.  Via ces visages, pour certains tombés dans l’oubli, ce sont des tranches de vie qui vont refaire surface. « On découvre leur histoire, leur rôle… Et on se rend compte qu’il y a plein de choses qu’on ignorait » confie Cronos.

>>> Voir aussi : Vidéo – « La Première Guerre mondiale a eu une incidence sur le devenir de la Polynésie »

D’autres visages, eux plus connus, seront aussi représentés comme celui de Pouvana’a a Oopa.

En tous les cas, le mélange de styles et le travail en équipe ont séduit le ministère de la Culture qui a retenu le projet.  Et il lui promet d’ores et déjà un grand succès : « Je pense que l’œuvre va surprendre et qu’elle deviendra majeure dans la ville de Papeete » a déclaré Heremoana Maamaatuaiahutapu.

Il faudra toutefois se montrer encore patient pour découvrir le rendu final puisque la fresque ne devrait pas être achevée avant le 16 janvier 2019.
 

Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas

infos coronavirus