fbpx
samedi 29 février 2020
A VOIR

|

Une délégation de Mahina sur les traces de Tupaia

Publié le

En Nouvelle-Zélande, la ville de Gisborne a accueilli mercredi la réplique de l’Endeavour, dans le cadre des célébrations du 250e anniversaire du contact entre Maori et Européens. L’Endeavour a reçu un accueil par quatre pirogues doubles, dont Fa’afaite et son équipage tahitien. Ce bateau, symbole de l’exploration Anglaise dans le Pacifique et dans le monde, a pourtant aussi marqué de manière négative les esprits. Son arrivée dans le port de Gisborne a d’ailleurs suscité de vives contestations de la part de beaucoup de Maori pour qui ce bateau est symbole de colonisation et de massacres. Il y a 250 ans, neuf Maori ont été tués ou blessés suite à son arrivée. Le contact entre l’équipage de James Cook et les Maori ne s’est pas terminé en bain de sang partout. Dans la baie de Uawa, les échanges ont été plus cordiaux grace à Tupaia. Une délégation de 80 personnes de Mahina et de Raiatea a fait le déplacement pour échanger avec les Maori et rendre hommage à leur manière à cet ancêtre.

Publié le 13/10/2019 à 11:11 - Mise à jour le 13/10/2019 à 11:11
Lecture 2 minutes

En Nouvelle-Zélande, la ville de Gisborne a accueilli mercredi la réplique de l’Endeavour, dans le cadre des célébrations du 250e anniversaire du contact entre Maori et Européens. L’Endeavour a reçu un accueil par quatre pirogues doubles, dont Fa’afaite et son équipage tahitien. Ce bateau, symbole de l’exploration Anglaise dans le Pacifique et dans le monde, a pourtant aussi marqué de manière négative les esprits. Son arrivée dans le port de Gisborne a d’ailleurs suscité de vives contestations de la part de beaucoup de Maori pour qui ce bateau est symbole de colonisation et de massacres. Il y a 250 ans, neuf Maori ont été tués ou blessés suite à son arrivée. Le contact entre l’équipage de James Cook et les Maori ne s’est pas terminé en bain de sang partout. Dans la baie de Uawa, les échanges ont été plus cordiaux grace à Tupaia. Une délégation de 80 personnes de Mahina et de Raiatea a fait le déplacement pour échanger avec les Maori et rendre hommage à leur manière à cet ancêtre.

ll y a 250 ans, Tupaia foulait le sable de la baie de Uawa. Il resta à terre avec des membres de l’équipage de l’Endeavour. Un bref moment de l’histoire mais qui allait marquer les esprits des Maori de cette communauté, jusqu’à aujourd’hui. Une grotte et une cascade portent d’ailleurs son nom.

La délégation de Mahina, composée d’une partie de son conseil municipal et de l’association Aratea, a séjourné une semaine parmi la communauté de Uawa. 

Damas Teuira. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

“C’est la concrétisation un peu de tous les échanges que nous avons eus, confie Damas Teuira, le maire de Mahina. La visite des délégations à Mahina, et Mahina ici. On a choisi Uawa parce qu’il y a toute une histoire derrière qui va accompagner cet échange entre Mahina et Gisborne.”

Et c’est sur le marae de Hauiti que ses membres ont séjourné en immersion totale avec les Maori. Ce Marae a reçu tour à tour des délégations du fenua, avec le président Edouard Fritch, Gaston Tong Sang et des descendants de Tupaia venus de Raiatea.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Ce voyage s’inscrit dans la durée, puisque l’association Aratea, créée en avril, a pour objectif de renforcer les liens avec les Maori.

C’est donc sur les traces de Tupaia que l’association Aratea travaillera avec les communautés Maori de la région, sur des questions liées notamment à l’enseignement de la langue.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Municipales 2020 : pourquoi voter ?

La campagne électorale s’ouvre lundi 2 mars et s’achèvera le 14 mars à minuit. Le premier tour des municipales se tiendra quant à lui le 15 mars, et le 22 mars pour le deuxième tour. Mais à quoi bon voter ? Si les municipales restent une élection phare en Polynésie, un défaitisme s’est emparé d’une partie de nos concitoyens...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X