samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Un tableau rare de Gauguin bientôt en vente à Paris

Publié le

Un paysage de végétation aux tons vert, bleu et mauve avec un cavalier au loin, semblant s'éloigner... "Te Bourao (II)", un tableau rare de Gauguin, période tahitienne, sera mis en vente aux enchères en décembre par Artcurial et dévoilé vendredi au public jusqu'au 9 octobre.

Publié le 02/10/2019 à 11:01 - Mise à jour le 02/10/2019 à 11:37
Lecture 2 minutes

Un paysage de végétation aux tons vert, bleu et mauve avec un cavalier au loin, semblant s'éloigner... "Te Bourao (II)", un tableau rare de Gauguin, période tahitienne, sera mis en vente aux enchères en décembre par Artcurial et dévoilé vendredi au public jusqu'au 9 octobre.

Estimé entre 5 et 7 millions d’euros (600 et 830 millions de francs), cette huile sur toile datant de 1897 fait partie d’un cycle de neuf tableaux réalisés à Tahiti que le peintre (1848-1903) a envoyés ensuite à Paris pour une exposition à la Galerie Ambroise Vollard, au succès limité. 

Parmi eux, figure son œuvre testament « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? », qui est exposée au musée des Beaux-arts de Boston. 

De prime abord moins métaphysique que le fameux tableau, « Te Bourao (II) » (arbre en tahitien) n’est pas une nouvelle scène de la vie tahitienne, chère au peintre qui a fait des Marquises et de Tahiti son refuge à la fin de sa vie.

« Ce qu’il décrit peut être très figuratif et en même temps, complètement abstrait », souligne Bruno Jaubert, directeur du département Art impressionniste et moderne d’Artcurial. Dans la vision de Gauguin, « la présence du cavalier qui s’en va est comme la présence de l’Homme sur la terre. Ce qui reste, c’est la nature elle-même ».

Evocation probable d’« un paradis perdu avec une nature vierge et une présence très limitée de l’Homme », « Te Bourao (II) » est le dernier tableau du cycle de neuf à être encore en mains privées, même s’il a beaucoup été prêté ces dernières années. Il a notamment été exposé au MET à New York de 2007 à 2017. 

Auparavant, le tableau a connu une histoire assez linéaire: Ambroise Vollard l’a conservé, puis exposé au Salon d’Automne en 1906, sous le titre « Paysage bleu ». 

A sa mort, « Te Bourao II » est revenu à ses héritiers qui l’ont revendu en 1995 à l’acheteur s’en délestant aujourd’hui. 

Sa vente est un événement tant il est rare de trouver un Gauguin de cette période, la plus recherchée par les collectionneurs et les musées, et dans un très bon état. La dernière vente sur le marché français d’un tableau de cette période remonte à 22 ans, souligne-t-on chez Artcurial. 

Les huit autres tableaux de ce cycle sont exposés dans les musées du monde entier: l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, la Barber Institute à Birmingham ou encore le musée d’Orsay à Paris. La vente aux enchères de « Te Bourao (II) » aura lieu le 3 décembre.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Félix Tokoragi confirmé dans ses fonctions de maire à...

Les cérémonies d'investiture des maires élus au premier tour des municipales se poursuit en Polynésie. Dans les Tuamotu, c'est Félix Tokoragi qui a été réélu maire pour un deuxième mandat à Makemo.

À domicile, en lieu dédié… Comment effectuer sa quarantaine...

La cellule de crise sanitaire du Pays a mis en place depuis le 25 mai une fiche d"engagement sur l'honneur" pour tout voyageur entrant en Polynésie qui doit effectuer une quarantaine obligatoire de 14 jours, à domicile ou dans un centre d'hébergement dédié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV