vendredi 14 mai 2021
A VOIR

|

Un atelier d’artistes ouvre ses portes à Tipaerui

Publié le

Publié le 03/04/2017 à 8:45 - Mise à jour le 03/04/2017 à 8:45
Lecture 2 minutes

Ce local situé dans la vallée de Tipaerui est le tout dernier lieu d’expression des artistes bohèmes du fenua. Ici, Hell Ton Jon, Teva Victor, Abuse, Chronos ou encore Komosulo de leur noms d’artistes, pourront laisser libre cours à leur savoir faire et créer en toute quiétude.

« Le fait d’avoir de la hauteur sous plafond nous permet de pouvoir concevoir des choses énormes et suspendre des objets que l’on a créé. Cela nous donne de la respiration et, comme beaucoup d’entre nous utilise des bombes de peintures pour faire des graffs, avoir de la hauteur permet d’aérer, et c’est idéal pour faire de la création » explique Teva Victor, sculpteur.

Car c’est bien de création qu’il s’agit. D’ailleurs certaines ornent déjà les murs de l’atelier. D’autres sont en cours de réalisation comme ce portrait décalé et projeté sur des bouts de vieux shorts. Une oeuvre, signée Abuse. « J’essaie de faire une représentation de différentes facettes d’une personnalité. J’ai séparé les éléments du visage en plusieurs parties. »

Ce QG, les artistes le doivent au ministre de la culture. Durant deux ans, ils pourront investir les lieux sans se soucier du voisinage et encore moins d’un loyer. Un échange de bons procédés.

« Nous avons décider chacun de soumettre une œuvre au Pays pour que cela rentre dans les fonds du Pays et que cela puisse être intégré au centre culturel. L’idée est , qu’en contrepartie de la fleur que l’on nous fait, de faire également une offre pour le Pays », selon Hell Ton Jon.

Le local peut accueillir au maximum 10 artistes. Ils sont six pour l’instant avec chacun un projet personnel en tête. Hell Ton Jon lui, prépare déjà sa prochaine exposition à Hawaii. Il participera aussi au Tiki Pop à San Diego et terminera l’année avec une exposition sur le fenua.
 

Rédaction Web avec Rédaction Web avec Brandy Tevero et Tauhiti Tauniua  Mu San

infos coronavirus