mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

Tumu Ao, ou le mariage de la pole dance et du ori tahiti

Publié le

Publié le 29/05/2017 à 12:16 - Mise à jour le 29/05/2017 à 12:16
Lecture < 1 min.

Certains artistes seront accompagnés d’un orchestre traditionnel (avec to’ere, percussions, pahu…) qui vous proposera des sons qui vous feront vibrer.  Pour les adeptes de musique classique, un autre orchestre composé de 3 violonistes et 1 pianiste vous régalera et vous fera voltiger telles des danseuses de tissu aérien.
 
Le synopsis:
Apetahi du clan des Pounini conte son histoire féérique lors de sa rencontre avec le peuple Nai.
Pounini est le clan des piliers rotatoires. Les femmes, fleurs de Vénus en sont l’emblème. Elles sont l’air. Elles sont la volupté.
 
Nai  est le clan des danseurs agrestes. Les hommes, béliers de Mars en sont le blason. Ils sont la terre. Ils sont la véhémence.
 
Pounini et Nai coexistent. Mais ils en sont inconscients. Telle est la volonté des Déesses Fetia et Tetumu. Pourtant Avane de Nai me voit, moi, Apetahi de Pounini. Et je vois Avane. Alors nous voyons ce que nous ne concevons pas. Stupeur. Perplexité. Curiosité. Suite à cette rencontre les chefs des deux communautés lutteront pour empêcher les amants de se revoir et de réveiller les esprits qui régissent leur univers.
 
Date et heure : Vendredi 9 juin 2017 à 19h30
Lieu : Grand théâtre
Tarifs : 3.500 xpf
Ventes des billets : Billets en vente à la Maison de la Culture et en ligne www.maisondelaculture.pf  du 22 mai au 9 juin

 

Rédaction Web avec communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Marquises : le monoi « paku »

En Polynésie, nous connaissons tous le monoi, cette essence naturelle à base d'huile de coco et de tiare, que l'on applique sur la peau pour bronzer. En réalité, il existe plus d'une vingtaine de monoi différents. Aux Marquises, le monoi "paku" est utilisé dans un but bien particulier.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV