A VOIR

|

Tuatini Manate : couturier au japon

Publié le

Coup de projecteur sur un jeune couturier polynésien installé depuis 2 ans au Japon. À seulement 25 ans, Tuatini Manate a ouvert son atelier de couture en plein cœur de Tokyo. De retour au fenua pour se ressourcer avant de rentrer au pays du soleil levant, il nous raconte son parcours atypique.

Publié le 31/12/2022 à 4:55 - Mise à jour le 30/12/2022 à 17:23
Lecture 2 minutes

Coup de projecteur sur un jeune couturier polynésien installé depuis 2 ans au Japon. À seulement 25 ans, Tuatini Manate a ouvert son atelier de couture en plein cœur de Tokyo. De retour au fenua pour se ressourcer avant de rentrer au pays du soleil levant, il nous raconte son parcours atypique.

Autodidacte, Tuatini débute son parcours professionnel dans le monde de la danse polynésienne. Il intègre plusieurs groupes de danse pour se faire la main et développe des compétences de costumier, styliste, danseur et designer. En décembre 2019, cet enfant de faa’a, découvre pour la première fois le Japon. Puis sollicité pour confectionner les tenues des élèves de l’école de danse Manohiva installée au cœur de Tokyo, le jeune couturier âgé de 22 ans à l’époque décide de poser ses valises.

Songeur, Tuatini se confie à la rédaction de TNTV : « Mes débuts n’ont pas toujours été faciles, il y a la barrière de la langue, la vie au Japon est très chère et la nourriture est très différente d’ici (…) En tant que résident étranger et entrepreneur, je paye des taxes, des impôts et cela peut parfois être un challenge. Mais au Japon, je ressens la liberté d’être moi-même, je me sens en sécurité, je peux sortir à n’importe quelle heure de la nuit sans ressentir la moindre crainte. J’ai le sentiment que tout est possible. Après 2 ans de travail, j’ai réussi à fidéliser ma clientèle et à faire connaître ma marque de vêtements Kavai qui symbolise la beauté qui émane. Mon équipe s’est agrandie et aujourd’hui, nous sommes quatre dans cette aventure (…)”

Seule une poignée de Polynésien a décidé de faire carrière au Japon. Deux années auront suffi à Tuatini pour se forger un nom auprès des adeptes de la culture polynésienne. Le jeune styliste ne compte pas s’arrêter là. De nature ambitieuse, Tuatini aspire à une carrière dans la haute couture.

En vacances à Tahiti pour ces fêtes de fin d’année, Tuatini a tout de même réalisé quelques tenues. Une petite collection pour renouer avec sa matière de prédilection, le Tapa.