lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Tsumami Zaiku : l’art de plier des fleurs à la japonaise à Tahiti

Publié le

Publié le 10/01/2019 à 15:05 - Mise à jour le 10/01/2019 à 15:05
Lecture 2 minutes

La technique est délicate et les gestes sont minutieux : le Tsumami Zaiku demande beaucoup de patience et de concentration. Né il y a environ 400 ans au Japon, cet art traditionnel japonais consiste à plier des tissus carrés à l’aide d’une pince pour fabriquer des « kanzashi », des accessoires que l’on met occasionnellement dans les cheveux lorsque l’on porte un kimono.

Dans son atelier, Ayumi Claustre associe cette technique japonaise dans la vie quotidienne de Tahiti en créant des fleurs, des papillons, des oiseaux, des décorations de chambre, des pendentifs, des boucles d’oreilles etc. depuis plus de 7 ans. Elle utilise des tissus venus tout droit du Japon : le « habutaé », un tissu très haut de gamme en soie, le « chirimen », un tissu en crêpe pour les non-initiés, et le « kyupura », un tissu lisse pour créer la décoration moderne. « J’associe les couleurs, les différentes matières, et ensuite je coupe les tissus en petits carrés, je fais le pliage, je mets de la colle à riz et je forme des fleurs, des oiseaux, des papillons… » explique la professeure. Parfois, cela peut prendre plusieurs jours de travail : « Il faut sécher chaque partie de tissu mouillée au préalable, et ensuite il faut monter comme un bouquet pour finir le kanzashi ».

Durant les vacances scolaires, Ayumi, passionnée par cet art traditionnel revenu à la mode depuis 6 ans, donne des cours et organise des stages de Tsumami Zaiku. Durant une matinée, les stagiaires s’essaient à l’art du pliage. « J’ai voulu faire ce stage pour accompagner ma belle-sœur qui est japonaise et en connaitre plus sa culture. Ce qui est difficile, c’est qu’il faut rester très concentré et être patient. Cela me plait énormément »  confie Angélique Leproux Pain, qui en est à son premier cours. Ayumi s’adapte également à la demande locale et fabrique même des tiare Tahiti.

Plus d’informations sur la page Facebook d’Ayumi : Kanzashi Flower Tahiti.
 

Rédaction web avec Sophie Guébel et Mata Ihorai

infos coronavirus