dimanche 19 septembre 2021
A VOIR

|

Titaua Peu lauréate de la 1ère résidence d’écriture en Polynésie

Publié le

À l'initiative de l'association des éditeurs de Tahiti et des îles, le projet a pour objectif de soutenir la création et le développement de la littérature polynésienne.

Publié le 15/09/2021 à 11:18 - Mise à jour le 15/09/2021 à 11:18
Lecture < 1 min.

À l'initiative de l'association des éditeurs de Tahiti et des îles, le projet a pour objectif de soutenir la création et le développement de la littérature polynésienne.

L’appel à candidature de la première résidence d’écriture sur le territoire avait été lancé le 6 juillet dernier et s’était clôturé le 16 août. Ce projet proposait au lauréat une immersion de deux mois dans différents lieux de la Polynésie. Les candidats devaient être natifs ou résidents de Polynésie française, avoir été publiés par une maison d’édition et avoir un projet d’écriture. Sur la dizaine de demandes reçues, ce sont celles de Titaua Peu, Mourareau et Vaikehu Shan qui ont été retenues par le comité de sélection.

Chacune des trois candidatures a ensuite été étudiée lors d’une séance de délibération pour la désignation du lauréat, sous la houlette du comité composé de Chantal Spitz, Thierry Delmas, Vaiana Giraud, Anne-Victoria Letort et Mylène Raveino. Au final, c’est l’auteure de “Mutismes”, Titaua Peu, qui a été désignée comme la lauréate de la toute première résidence d’écriture au fenua.

Cette résidence lui permettra de se consacrer entièrement à la création littéraire. En accord avec son projet d’écriture, Titaua Peu sera accueillie en résidence dans des pensions de famille à Taha’a et Mangareva. Un programme de rencontre entre l’auteure et les élèves de Raiatea, Mangareva et Taha’a sera proposé aux établissements scolaires des îles pour permettre au jeune public de découvrir autrement la littérature.

Connue pour la parution en 2003 de son œuvre “Mutismes”, véritable manifeste indépendantiste, Titaua Peu a également obtenu le Prix Eugène Dabit en 2017 pour son second roman, “Pina”.

Rédigé par

infos coronavirus