dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Teheiura, auteur et « aventurier dans l’âme »

Publié le

Teheiura Teahui est actuellement au fenua. Il a en effet été invité au 20ème Salon du livre pour présenter son second ouvrage. L'"Aventurier dans l'âme" était l'invité de notre journal :

Publié le 11/11/2020 à 10:39 - Mise à jour le 11/11/2020 à 10:39
Lecture 3 minutes

Teheiura Teahui est actuellement au fenua. Il a en effet été invité au 20ème Salon du livre pour présenter son second ouvrage. L'"Aventurier dans l'âme" était l'invité de notre journal :

Tahiti Nui Télévision : Tu présentes cette année ton second ouvrage « Aventurier dans l’âme ». L’illustration est une de tes victoires les plus importantes dans ton premier Koh-Lanta, qui a ému toute la Polynésie. Comment endosses-tu ce statut de Aito que tu as acquis au fil des années ? 
Teheirua Teahui : « On peut dire que j’ai aujourd’hui le rôle d’ambassadeur de la Polynésie en métropole ou en Europe, et c’est un honneur pour moi. »

Ce livre ne parle pas seulement de ton aventure à Koh-Lanta, mais aussi de ta vie, ta naissance, ton adolescence, ton installation en métropole, ton mariage, tes enfants…
« Effectivement, ‘Aventurier dans l’âme’ est une autobiographie que j’ai écrit avec mon épouse Céline. (…) »

Lire aussi > Le Salon du livre se tiendra sur Internet

Est-ce qu’il y a des anecdotes que tu tenais à partager dans ce livre ?
« Oui, cela me tenait à cœur de mettre en avant les points forts de mon enfance notamment, le fait que je n’étais pas forcément le plus sage de la famille, et que -d’ailleurs les enfants, il ne faut pas le faire !- je m’amusais dans les arbres et forcément parfois ça ne se passait pas toujours bien, mais ce sont quand même des bons souvenirs, où on se fait aussi corriger par les grands-parents, les parents, avec le balais niau… Je le raconte dans ‘Aventurier dans l’âme’. Et puis mon arrivée à Paris, en plein mois de septembre en short et en savates comme on a l’habitude ici, alors qu’à Paris, il fait déjà 15 degrés. »

Tu vis aujourd’hui près de Montpellier, mais tu gardes quand même un lien avec la Polynésie. Tu continues à parler le reo Tahiti. Tu l’apprends à tes enfants et à ta femme ?
« Avec Céline, nous avons 4 merveilleux enfants et j’essaie de leur parler en tahitien, en tout cas, je m’exprime avec eux en tahitien, j’essaie de répéter plusieurs fois certaines expressions comme haere mai tama’a, ia ora na, mauruuru… et ils arrivent à assimiler. »

Ta première participation à Koh-Lanta a vraiment été un tournant dans ta vie où tu es devenu une star...
« Cela fait maintenant 10 ans que j’ai participé à la première saison de Koh-Lanta à Raja Ampat en Indonésie, et du jour au lendemain, ma vie a complètement changé. Quand j’allais faire mes courses durant la diffusion de l’émission, les gens commençaient à me reconnaître. Et cela me faisait bizarre de voir ma photo dans les revues en passant à la caisse etc. Cela ne m’a pas fait un choc, mais c’est vrai que c’était bizarre, je sais pas trop comment l’expliquer ! »

Penses-tu déjà à un autre ouvrage ?
« Pour le moment, on va mettre en avant ‘Aventurier dans l’âme’. Cette semaine, on va quand même essayer de mettre en place quelques points de rencontres tout en respectant les gestes barrières, forcément cela ne va pas être évident, mais on va quand même essayer d’être au plus près du public tant bien que mal. Mais pour le moment, on va rester sur ‘Aventurier dans l’âme’ et aventures culinaires. »

Te verra-t-on dans le prochain Koh-Lanta à Tahaa ?
« Ce qui est sûr, ce que je peux dire car Denis Brogniart a officialisé la chose, c’est que oui, Koh-Lanta se passe vraiment à Tahaa. Quand j’y étais, je voyais quelques bateaux. Peut-être que c’était eux. En tout cas, je pense que c’est une belle vitrine pour nos îles et pour Tahaa. »

infos coronavirus

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :