mercredi 3 mars 2021
A VOIR

|

Taputapuatea inscrit au patrimoine mondial

Publié le

Publié le 08/07/2017 à 7:55 - Mise à jour le 08/07/2017 à 7:55
Lecture 2 minutes

Victoire ! 24 ans après la première présentation du dossier, le site exceptionnel de Taputapuatea vient d’être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO non sans une grande émotion.

« C’est magnifique, s’exclame Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la culture, encore sous le coup de l’émotion, les éloges que l’on a reçues pour le site de Taputapuatea, nous ont beaucoup touchées. »

« C’est une grande victoire, déclare de son côté Edouard Fritch, président de la Polynésie, tout sourire, c’est une victoire pour la reconnaissance de notre peuple, de notre pays, à l’échelle internationale. »
 
Il aura fallu 10 petites minutes à la présidence internationale de l’Unesco pour couronner du précieux label les vestiges dédiés au dieu Oro. Un dossier accepté à l’unanimité et appuyé dans l’assemblée par plus d’une dizaine de pays.
 
« Ce qui est important sur le plan local, c’est ce consensus politique inédit, depuis 2009, entre tous les gouvernements polynésiens qui se sont succédé, qui vient de porter ses fruits, aujourd’hui à l’Unesco, » déclare pour sa part, Richard Tuheiava, à l’initiative du projet Taputapuatea
 
Pour ne pas dénaturer et dégrader le site, des aménagements en partie financés par l’Etat estimés entre 150 et 300 millions Fcfp, ont déjà été pensés dans la constitution du dossier. « Ce qui est prioritaire, c’est la protection du littoral. Ensuite c’est l’acheminement du public qui devra pouvoir se garer sur une zone située à trois ou 400 mêtres, de manière à ne pas dénaturer le site et le paysage. », explique Francis Stein, responsable de l’équipe projet Taputapuatea.
 
Mais avant de penser à l’avenir l’heure est à la célébration. La délégation a été accueillie dimanche soir par le consul général de France à Cracovie avant de revenir mercredi sur ses terres maintenant classée au patrimoine mondial de l’Unesco.
 

Rédaction Web

Le discours du président Fritch

infos coronavirus