dimanche 22 mai 2022
A VOIR

|

Semaine polynésienne à l’UPF : les étudiants réunis pour chanter un himene tarava raromatai

Publié le

Les étudiants de l’université se préparent pour partager la semaine polynésienne, organisée du 25 au 29 avril sur le campus. L’événement vise à promouvoir le reo maohi et les richesses culturelles et traditionnelles. Les étudiants de première année de la filière des langues polynésiennes s’impliquent dans ce projet. Ils chanteront un himene tarava raromatai.

Publié le 22/04/2022 à 14:51 - Mise à jour le 23/04/2022 à 17:09
Lecture 2 minutes

Les étudiants de l’université se préparent pour partager la semaine polynésienne, organisée du 25 au 29 avril sur le campus. L’événement vise à promouvoir le reo maohi et les richesses culturelles et traditionnelles. Les étudiants de première année de la filière des langues polynésiennes s’impliquent dans ce projet. Ils chanteront un himene tarava raromatai.


La semaine polynésienne se prépare en coulisses et en chantant. Les étudiants de première année de la filière des langues polynésiennes se réunissent pour répéter un himene tarava raromatai. Heimanu Manutahi, étudiant en 1ere année LLCER langues polynésiennes, en est l’auteur. C’est la première fois que cet étudiant originaire des îles Sous-le-Vent écrit un chant. Rigoureux comme un chef de troupe, il écoute avec attention les différentes voix : “Je ne dirai pas que ces étudiants chantent mieux que ceux des Raromatai, mais on voit que même s’ils sont originaires de Tahiti, c’est dans leur sang”.

Deux fois par semaine, la petite salle de l’association des étudiants devient le lieu de répétition de ce chant polyphonique. Selon leur emploi du temps, les étudiants essayent d’être assidus au rendez-vous. Le 29 avril, ils seront 80 à chanter. Certains d’entre eux ne suivent pas le cursus des langues polynésiennes, mais ils restent très attachés à leurs racines. “C’est important pour moi, j’ai toujours baigné dans la culture polynésienne. Et je suis aussi des Raromatai et je voulais soutenir Heimanu” indique Topeura Iane, étudiante en première année économie-gestion.

Le himene fédère ces étudiants autour d’un projet commun. Les journées polynésiennes sont aussi pour cette génération un enjeu pour valoriser et transmettre le patrimoine linguistique.

Plus d’informations sur l’événement ICI

infos coronavirus