samedi 15 mai 2021
A VOIR

|

Rurutu : une visite des maisons pour fêter la nouvelle année

Publié le

À chaque fête de fin d’année, l’île de Rurutu ne déroge pas à la règle. Le 1er janvier, les habitants procèdent à une visite des maisons. Une tradition appelée Tomora'a'are et qui a pour objectif de voir la configuration des différentes habitations, et dans le même temps, de présenter ses meilleurs vœux pour la nouvelle année.

Publié le 06/01/2020 à 13:30 - Mise à jour le 07/01/2020 à 9:13
Lecture 2 minutes

À chaque fête de fin d’année, l’île de Rurutu ne déroge pas à la règle. Le 1er janvier, les habitants procèdent à une visite des maisons. Une tradition appelée Tomora'a'are et qui a pour objectif de voir la configuration des différentes habitations, et dans le même temps, de présenter ses meilleurs vœux pour la nouvelle année.

À Rurutu aux Australes, les habitants ne dérogent pas aux traditions pour fêter la nouvelle année. Le 1er janvier, après le culte, les foyers se préparent à accueillir les visiteurs.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Particularité de cette coutume de début d’année : elle est menée par un comité de femmes protestantes. Leur mission est d’observer les créations des mamas, qui, pour l’occasion, ont sorti leurs plus beaux tifaifai, mais aussi de constater l’évolution du foyer au fil des ans. « Cette tradition était déjà effectuée à l’époque de nos anciens. C’est le fait de voir comment sont l’homme et la femme dans le foyer. La femme va montrer les trésors de la maison, ce qu’elle a fait au cours de l’année, comme les patchworks, le pandanus… Et l’homme, va plus montrer ce qu’il a fait dans la cour » explique Koba Teauroa, habitante du village de Moerai.

Les « iripiti » alias les patchworks (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La coutume Tomora’a’are veut que les maisons soient nettoyées de fond en comble entre Noël et le Nouvel An. Cette année, malgré la pluie, de nombreux visiteurs -locaux comme touristes- ont tenu à être témoin de ce grand événement populaire : « Tout le monde est là, qu’il pleuve ou qu’il vente. Les gens sont heureux, c’est la nouvelle année. Il y a même des gens de l’extérieur qui viennent voir cette authenticité de notre fenua. C’est un moment de partage et une fierté pour nous » poursuit Koba.

L’occasion de présenter ses meilleurs vœux pour la nouvelle année. Au mois de mai, ce sera au tour d’un comité d’hommes de procéder à une seconde visite des maisons après la récolte de la dîme.

infos coronavirus