mercredi 5 mai 2021
A VOIR

|

Première soirée du Heiva 2017: un début en douceur

Publié le

Publié le 06/07/2017 à 1:37 - Mise à jour le 06/07/2017 à 1:37
Lecture 4 minutes

La soirée a débuté par un rite de purification mené par le jury. Les concurrents, qui portaient les couleurs de leur groupe, de leur district, ou de leur île, ont été accueillis par des ‘örero déclamés par les membres du jury. Après le discours du représentant du Pays, en la personne du vice-président Teva Rohfritsch, la cérémonie du rähiri s’est déroulée comme de coutume.

Le rahiri qui ouvre chaque Heiva est une cérémonie ancestrale organisée traditionnellement en prélude d’événements importants. Dans le cadre du concours de chants et danses, elle réunit l’ensemble des chefs de groupes participants à l’édition ainsi que le jury. Chaque représentant du jury , vêtu de blanc, porte une feuille de bananier qu’il dépose au sol, un rituel qui s’inscrit dans un échange fort entre le jury et ceux qu’ils auront à départager. 

Les Tamarii Pereaitu ouvrent le bal

Après la cérémonie du rahiri, c’est le groupe de chant de Paea, les Tamarii Peraitu qui ont essuyé les plâtres de ce Heiva 2017. Emmenés par Gilda Manutahi, Ils ont conté les légendes de Paea, selon lesquelles plusieurs rochers installés sur le littoral auraient eu le pouvoir d’attirer les poissons vers le rivage. 
 

Celui de Maraa serait le dernier. Un « mana » que le groupe Tamarii Pereaitu a transmis au public au travers de son chant aux polyphonies ciselées.

Les Tamariki Teavaroa content la création de Takaroa

Si l’objectif de la troupe amateur était de montrer que la culture Paumotu est bien présente dans le triangle polynésien, ils ont gagné. Ces danseurs en majorité Paumotu, qui répètent depuis février dernier, ont peint à grand renfort d’arabesques rythmées, trois tableaux sur la création de Takaroa, ses premiers habitants et ses Aito. Pour sa première participation au Heiva, Tamariki Teavaroa a montré qu’il fallait désormais compter sur elle.

O Faa’a raconte les montagnes et vallées de Faa’a

Ils ont remporté le 3ème prix du Tarava Raromatai l’an dernier et comptent bien faire encore mieux cette année. Les chanteurs de la troupe « O Faaa » se sont préparés pour le Heiva depuis plusieurs mois déjà. A travers leur tarava Raromatai et ruau ainsi qu’avec leur ute, ils ont raconté les histoires des montagnes, des vallées et du littoral de Faaa. Menés par Juliano Tautu, ils ont enthousiasmé le public.

Reo no Papara rend hommage à Papara

Troisième du Prix du Tarava Tahiti l’an dernier, mais premier pour le Raatira himene, la troupe  Tamarii Papara était de retour sur la scène de Toata. Toujours emmenée par son auteur et chef de groupe, Mike Teissier, elle compte bien obtenir cette année les prix Moeroa et Penina, qui sont les premiers prix du Tarava Tahiti et du Himene Ru’au. A travers deux thèmes, ils ont chanté leur amour pour leur district.

infos coronavirus