mercredi 5 octobre 2022
A VOIR

|

Paea : le marae Arahurahu dégradé

Publié le

Samedi 13 août, un internaute a donné l’alerte les réseaux sociaux. Pour l'instant, il est difficile de savoir s’il s’agit d’un éboulement naturel ou d’une détérioration d’origine humaine. Le service du tourisme, en charge de sa gestion, doit faire le point mardi 16 août.

Publié le 14/08/2022 à 15:31 - Mise à jour le 16/08/2022 à 16:16
Lecture 2 minutes

Samedi 13 août, un internaute a donné l’alerte les réseaux sociaux. Pour l'instant, il est difficile de savoir s’il s’agit d’un éboulement naturel ou d’une détérioration d’origine humaine. Le service du tourisme, en charge de sa gestion, doit faire le point mardi 16 août.

Ouvert tous les jours de 7h30 à 18h, le marae Arahurahu est un arrêt incontournable pour les touristes en quête de patrimoine polynésien, ou pour ceux qui veulent découvrira randonnée exceptionnelle en amont du site, dans la vallée Tefa’aiti.

La reconstitution du marae a été inaugurée en 1954 et n’est pas épargnée par l’usure. S’il est déjà arrivé que des pierres soient tombées de manière naturelle, l’origine des dégâts pourrait être cette fois ci humaine.

Habitant des lieux, Jacky Tau a déjà vu du mouvement autour du site : “J’ai un faaapu en haut dans la vallée du marae, ça fait des années que je suis là. Je suis venu ce matin et je me suis dit « ah, ce n’est pas normal » parce qu’ici il y a des jeunes qui venaient aussi jouer au football”.

Et selon lui, le manque de vigilance des promeneurs peut être l’origine des détériorations : “Je crois que c’est à cause de ça parce que ce n’est pas la première fois. Une fois quand je suis venu un matin, j’ai vu qu’un côté était tombé, juste à côté de l’endroit où c’est tombé aujourd’hui. Et j’avais tout remis en haut et là je revois encore un autre truc retombé, pour moi ça fait beaucoup“.

S’il est aujourd’hui difficile de déterminer la cause de ces dégâts, l’article 6 du règlement intérieur du site y interdit toutes activités sportives de loisirs. Une interdiction de principe, puisque le marae n’est pas surveillé.

Du déjà-vu qui pose la question de la présence d’un gardien autour du site : “Il faudrait un gardien ici parce que je vois tout le temps des gens venir ici, jouer au football, sinon ils viennent faire n’importe quoi. Moi j’aimerais bien qu’il y ait un gardien comme ça c’est assuré pour tout  le monde, comme ça y’aura plus de choses comme ça ici“, conclut Jacky Tau.

Des sanctions sont prévues à l’encontre de toute personne dégradant les lieux, comme le remboursement des dommages causés. En attendant de mettre en lumière ce qu’il s’est passé, le gestionnaire des lieux appelle chacun au respect du marae.

infos coronavirus