samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Oscar Tereopa, l’homme aux multiples casquettes

Publié le

Oscar Tereopa vit plusieurs vies à la fois. Ancien chef de la troupe Pupu Tuhaa Pae, il est aussi à l’aise derrière les commandes de petits avions. Dernièrement, l’intéressé s’est aussi fait remarquer en enregistrant une chanson dont le clip a dépassé les 60.000 vues en quelques jours sur les réseaux sociaux.

Publié le 26/07/2020 à 11:24 - Mise à jour le 27/07/2020 à 9:39
Lecture 2 minutes

Oscar Tereopa vit plusieurs vies à la fois. Ancien chef de la troupe Pupu Tuhaa Pae, il est aussi à l’aise derrière les commandes de petits avions. Dernièrement, l’intéressé s’est aussi fait remarquer en enregistrant une chanson dont le clip a dépassé les 60.000 vues en quelques jours sur les réseaux sociaux.

Danseur et chef de troupe plusieurs fois primé au Heiva, pilote et maintenant chanteur, Oscar Tereopa jongle avec les casquettes. Après avoir travaillé de longues années comme clerc d’huissier, ce natif de Rurutu s’est rendu compte que ce n’était pas sa voie. Lui rêvait de prendre de la hauteur.

« C’était pas ce que je voulais faire, confie-t-il. Comme on dit, c’est toujours bien de faire ce qu’on aime et comme je suis passionné d’aéronautique, j’ai voulu travailler dans le monde aéronautique. C’est venu comme ça à l’âge de 6 ans. J’ai vu un avion, ça m’a beaucoup plu, et la première fois que j’ai mis les pieds dans l’avion, je me suis dit qu’un jour j’aimerais travailler dans l’avion, mais plus à l’avant, en tant que pilote. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Petit à petit, Oscar est parvenu à mettre suffisamment d’argent de côté pour payer ses leçons de pilotage. Il s’apprête aujourd’hui à passer son examen de pilote privé. Mais lui qui se voyait travailler pour une grande compagnie a dû revoir son plan de carrière. La faute à l’épidémie de covid-19 qui a coupé les ailes du secteur aérien.

« Avant le covid il y avait déjà une longue liste d’attente des pilotes qui attendaient justement des postes, et maintenant il y en a beaucoup qui ont été licenciés dans le monde entier, souffle-t-il. Donc imagine la liste d’attente actuelle, plus les pilotes licenciés, donc ça va être une méga méga liste d’attente. Donc c’est pas qu’il ne faut plus espérer, c’est juste que d’ici 2-3 ans, voire plus, il n’y aura pas d’embauche pour les pilotes sortant de l’école… »

Pour l’heure, il restera donc aux commandes de petits avions privés mais aussi de drones.  Oscar a en effet créé sa société de prise de vue aérienne. Mais le trentenaire est aussi un passionné de musique. Il vient d’enregistrer un morceau composé par l’une de ses cousines.

Ia ora!Je vous présente mon premier clip « O vau nei » écrit par Teira ATAPO.Je tiens à remercier ma cousine Teira qui m’a donné l’autorisation de l’interpréter.« A ara, a tū, a tāmau i tō peu tumu »Le désir profond de filmer à Rurutu y était, faute de moyens. L’amour inconditionnel pour son île et sa culture n’a pas de frontière.Mauruuru à ma famille, mes amis de l’ombre.#teiraatapo #studioalize #gloriapater #rarahu_remy #anita_noela. #georges_sharon#tahitifilm

Posted by Oscar Tereopa on Thursday, July 16, 2020

« C’est une chanson que j’ai chanté à Nouméa, au Studio Alizé, qui est tenu par mon oncle, explique-t-il. J’ai connu la chanson là-bas, même les paroles. J’ai posé ma voix pour l’album qui va sortir normalement cette fin d’année. »

La chanson a donné lieu au tournage d’un clip mi-juillet. Diffusé sur Facebook, il a dépassé en quelques jours les 60.000 vues. Un nouveau challenge réussi pour le trentenaire aux multiples talents.

Président d’une association de vols sur simulateur et vice-président de l’aéroclub « les ailes du fenua », Oscar croque la vie à pleines dents.

« Rester à la maison, c’est pas trop mon truc, sourit-il. J’aime bien bouger. Si aujourd’hui je fais ça et j’ai fini, j’ai envie de faire autre chose. On va dire que je suis un bon vivant ! »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV