vendredi 22 octobre 2021
A VOIR

|

‘Ori Atea prépare son gala de danse annuel

Publié le

DANSE - L’école de danse 'Ori Atea se prépare à monter sur scène ce mercredi soir. Elle présentera son troisième gala de danse annuel à la Maison de la culture. C’est la première fois que les élèves se produisent sur une grande scène, preuve du succès grandissant de l’école, dirigée par Vairani Drost.

Publié le 28/05/2019 à 13:52 - Mise à jour le 20/06/2019 à 10:21
Lecture 2 minutes

DANSE - L’école de danse 'Ori Atea se prépare à monter sur scène ce mercredi soir. Elle présentera son troisième gala de danse annuel à la Maison de la culture. C’est la première fois que les élèves se produisent sur une grande scène, preuve du succès grandissant de l’école, dirigée par Vairani Drost.

Mercredi soir, ce sera l’aboutissement d’une année de travail pour les 90 élèves de l’école de danse Ori Atea. La tension monte à J-1 : “Le stress commence un peu à monter, par rapport aux costumes surtout (…). Mais on apprend à se calmer et à faire la part des choses. (…) Vairani est douce, très pédagogue… J’ai l’habitude de dire que c’est un ange” nous confie Aka Heiata, danseuse à ‘Ori Atea. “C’est une consécration. (…) On a 6 danses dans la catégorie des confirmées, trois ‘aparima et deux otea” nous dit Alice Izal, une autre danseuse de l’école.

Vairani Drost est la directrice de’ Ori Atea. En août 2016, celle qui a fait son premier Heiva à 12 ans avant d’en faire ensuite 9 autres, et qui a été médaillée d’or du conservatoire artistique de Polynésie, décide d’ouvrir sa propre école de danse. C’est la première fois qu’elle produit ses élèves sur la scène du Grand Théâtre de la Maison de la culture : “On réserve au public un spectacle haut en couleurs, avec des émotions, de la grâce, du dynamisme, de la sensualité… tout ce qui faut pour justement avoir des étoiles plein les yeux à la fin du spectacle (…) Il y aura près de 90 tableaux avec une moyenne de 5 tableaux par classe (…) Il n’y a pas de thème particulier mais chaque passage aura son thème. Par exemple, il y en aura un où les enfants chanteront et nous parlerons de comment on fait le monoï” nous explique la jeune femme.

D’autres thèmes comme la beauté de la femme ou encore le feu prendront vie sur scène. Le chant fera aussi partie du spectacle. Vairani, passionnée de danse depuis ses trois ans souhaite surtout que ses élèves transmettent leur amour de la danse : “ne pas être timide, partager avant tout ce qu’ils aiment, partager des émotions, donner du frisson au public”.

Le spectacle de l’école ‘Ori Atea aura lieu mercredi 29 mai à 19 heures. Plus d’infos ICI.

Rédigé par

infos coronavirus