fbpx
dimanche 15 décembre 2019
A VOIR

|

Nu’uroa fest : un événement à pérenniser dans le temps

Publié le

Publié le 11/08/2018 à 14:11 - Mise à jour le 11/08/2018 à 14:11
Lecture 2 minutes

Donner la chance aux troupes de danses déçues du Heiva i Tahiti de se produire de nouveau, c’est tout l’esprit du Nu’uroa Fest. La première édition de cet événement s’est tenue dans les jardins du musée de Tahiti et des îles samedi et dimanche. Neuf troupes y ont participé.

Pour leur prestation, le ministère de la Culture a dégagé des fonds de 150 000 francs par groupe. Mais au-delà de l’avantage financier, les artistes viennent surtout pour montrer leurs talents. Vaihei Paepaeta’ata et Tauhere mènent le groupe de Te ao uri i te ra hiti, composé de jeunes de Outumaoro. Ils se réjouissent de cette nouvelle initiative.

Selon eux, elle permet de remotiver les jeunes. Vaihei Paepaeta’ata explique : “Cela vient enrichir notre expérience. Notre troupe est composée de jeunes qui n’ont jamais dansé, qui ne se sont jamais produits. Ce n’est pas facile pour eux, mais ils sont prêts à tout pour montrer leur travail.”

Non primée au Heiva i Tahiti, la troupe, comme beaucoup d’autres, n’aurait pu remonter sur scène sans le Nu’uroa Fest. C’est pour cette raison que le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu a décidé de le créer. L’ancien danseur connaît la frustration qui naît après les remises des prix. Le ministre déclare : “Le Heiva, c’est beaucoup de temps, beaucoup de travail et de préparation pour, parfois, juste une heure de prestation… […] Nous allons essayer de pérenniser le Nu’uroa Fest dans le temps. Cela permet de valoriser tout le monde. Pour les troupes, c’est aussi un moyen d’amortir les dépenses…”

L’événement est aussi le moyen au public de profiter autrement des troupes du Heiva i Tahiti.  

 

Rédaction web avec Matahi Tutavae et Mata Ihorai 

Le prix de la vanille ne cesse d’augmenter

Depuis quelques années, le prix du kilo de la vanille mûre ne cesse d’augmenter. Cette année, il s’est monnayé jusqu’à 15 000 Fcfp. Un prix qui s’explique notamment par une faible production et ce malgré les plans de relance du Pays.

Fruits et légumes : la guerre des marges

Les maraîchers du fenua tirent la sonnette d’alarme. Le 15 février de cette année, sans concertation avec les producteurs, le gouvernement retire tous les fruits et légumes de la liste des PPN et des PGC, à la demande de la fédération générale du commerce. Chaque commerçant devient donc libre de fixer ses prix. Deux syndicats agricoles demandent au gouvernement des marges réglementées pour sauver l’agriculture locale.

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X