jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Maro ‘ura : bientôt de retour au Fenua?

Publié le

Publié le 14/03/2019 à 20:23 - Mise à jour le 14/03/2019 à 20:23
Lecture 3 minutes

Après avoir disparu mystérieusement il y a plus de 200 ans, le maro ‘ura refait surface!
Découvert récemment par Guillaume Alevêque au cours de recherches dans les réserves du musée du quai Branly, l’objet était recensé comme étant une « enveloppe de Too ».

Après avoir mené des analyses avec les équipes du musée sur des fragments de tissus décelés sur l’objet, G. Alevêque est parvenu à démontrer qu’ « il s’agissait d’un tissu de laine teint à la garance typique d’un drapeau anglais, celui de Wallis.  » Il a pu être démontré que ce fragment de Maro ‘Ura était certainement celui porté par Pomare I lors de la cérémonie à laquelle Cook avait assisté.

Le  ministre et la Directrice du Musée de Tahiti et des Îles ont eu le privilège de se voir présenter le Maro ‘Ura, dans les réserves du Musée du Quai Branly.
« Ce fut un moment d’intense émotion car, depuis plus de 200 ans, nous sommes certainement les premiers polynésiens à contempler à nouveau cette œuvre. » a déclaré très ému le Ministre de la culture
Depuis la découverte l’année dernière de ce fragment, le Pays a entamé des discussions en vue de ramener le Maro ‘Ura au Musée de Tahiti et des Îles afin de le présenter à tous les polynésiens.

 

L’histoire du maro ‘ura

Il n’existe aucune représentation d’un chef polynésien portant le Maro ‘Ura et le seul dessin connu d’un Maro ‘Ura a été réalisé semble t’il par le capitaine Bligh lui-même. Jusqu’à ce jour, une seule description existait concernant cet objet, celle faite par James Cook lors d’une cérémonie organisée par Tu (Pomare I) qui était ceint du Maro ‘Ura. 

Symbole du pouvoir, le Maro ‘Ura était l’objet le plus important et le plus précieux pour les Arii Nui, les grands chefs des îles de la Société
Lors de l’avènement du culte du dieu Oro à Raiatea, les grands chefs, Arii Nui, recevaient ce symbole du pouvoir des chefferies et de leur système d’alliance sur le marae Taputapuatea de Opoa, tandis que ceux de Bora Bora recevaient sur le marae Vaiotaha, le Maro Tea, symbolisant ainsi les divisions politiques Te-ao-uri d’une part et Te-ao-tea de l’autre.
 

Réactions du Ministre de la culture

« C’est un moment  historique pour notre Fenua
C’est le fruit d’une longue quête. Depuis la découverte du fragment du maro ‘ura, nous n’avons eu de cesse que de le faire revenir sur ses terres. Cela est très compliqué juridiquement. Mais les discussions sont en bonne voies avec le Musée du Quai Branly et nous réfléchissons dores et déjà une cérémonie culturelle pour le retour du maro ‘ura au fenua!
C’est  l’un des plus importants et sans doute le plus précieux objet de la culture polynésienne. Avoir sous les yeux un fragment de la ceinture portée par tous les grands Arii du Fenua jusqu’à Pomare 2, cela a été un moment très fort pour moi! Nous allons maintenant réfléchir à une cérémonie d’accueil spéciale pour son retour ! 
Mon père a longtemps oeuvré pour tenter de retrouver le maro ‘ura, et je suis  un peu triste qu’il ne soit plus là pour vivre ce moment historique »  

Le maro ‘ura pourrait, si tout se passe bien, être de retour au Fenua pour le mois de septembre.

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV