jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Marchez sur le feu le 30 juin au Mahana Park

Publié le

Publié le 05/06/2018 à 8:12 - Mise à jour le 05/06/2018 à 8:12
Lecture < 1 min.

Une température pouvant aller jusqu’à 1200 degrés, une traversée pieds nus, un moment intense. Chaque année, la marche sur le feu attire des centaine de spectateurs et participants. 
La cérémonie traditionnelle est menée par le tahua Raymond Teriierooiterai Graffe. Un moment intense pour beaucoup, une tradition, une découverte, l’occasion de faire un voeu pour d’autres. 

Une marche sur le feu oui mais pas directement sur les flammes : une cavité est creusée dans le sol. Du bois et des pierres de la Papeno’o y sont déposés sur un lit de palmes de cocotier sèches. Il faut ensuite patienter jusqu’à 48 heures pour que le Umu ti soit prêt. Avant de laisser le public traverser, le tahua fait sont rituel. 

Vient le moment de traverser. Mais attention, pas n’importe comment. Des consignes sont données, le respect est de mise. Il faut marcher pieds nus et sans s’arrêter. 

Si vous voulez (re)découvrir la marche sur le feu, rendez-vous le 30 juin au Mahana Park. 

Rédaction web 

PRATIQUE 

Samedi 30 juin 2018 à 18h  
Mahana Park
Tarif unique : 3 500 Fcfp
Vente des billets à la Maison de la Culture
Renseignements auprès de Nini au 87 78 54 75 / www.heiva.org

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les dispositifs de sauvegarde de l’emploi divisent les syndicats

Les dispositifs DiESE (Dispositif exceptionnel de sécurisation de l’emploi) et DESETI (Dispositif de sauvegarde de l’emploi des travailleurs indépendants), créés par la loi...

Outre-mer : un plan de 119,3 milliards de Fcfp...

Le ministère des Outre-mer et l'Agence française de développement (AFD) ont signé lundi un plan doté d'un milliard d'euros (environ 119,3 milliards de Fcfp) pour accompagner les collectivités locales et les entreprises ultramarines dans la crise sanitaire et économique liée au coronavirus

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV