dimanche 22 mai 2022
A VOIR

|

Les pirogues Hokule’a et Hikianalia sont arrivées à Tahiti

Publié le

Après avoir quitté Hawaii (Hilo) lundi 18 avril avant de faire escale à Rangiroa et aux Tuamotu, les pirogues doubles traditionnelles Hokule'a et Hikianalia sont arrivées à Tahiti ce samedi aux alentours de 13 heures 45. (Re)vivez sur TNTV la cérémonie d'accueil :

Publié le 07/05/2022 à 13:52 - Mise à jour le 08/05/2022 à 16:15
Lecture 7 minutes

Après avoir quitté Hawaii (Hilo) lundi 18 avril avant de faire escale à Rangiroa et aux Tuamotu, les pirogues doubles traditionnelles Hokule'a et Hikianalia sont arrivées à Tahiti ce samedi aux alentours de 13 heures 45. (Re)vivez sur TNTV la cérémonie d'accueil :


Portées par le vent depuis Hawaii, Hokule’a et Hikianalia ont bouclé ce samedi leur traversée après trois semaines d’aventure en plein océan Pacifique. Les équipages ont suivi la même route maritime que celle empruntée par la double pirogue hawaïenne en juin 1976 : Keala i Kahiki, la route de Tahiti. C’est la 8ème fois que la pirogue Hōkūleʻa emprunte cette route.

46 ans après le premier voyage de Hokule’a à Tahiti, et son arrivée aujourd’hui sur le front de mer de Papeete avec ses 22 membres d’équipage, cette nouvelle escale a été chaleureusement célébrée au son des pu, pahu et toere, des chants d’accueil… à la plage Hokule’a au parc Paofai. Plusieurs cérémonies d’envergure ont été organisées et un hommage a été rendu aux protagonistes locaux de la navigation traditionnelle. Ces cérémonies d’accueil permettent de perpétuer les traditions, et espérer que les générations suivantes seront capables de prendre la relève.

Pour clore cette journée culturelle, un concert gratuit organisé par Manaiva Sage et Taimana Ellacott, a été offert à la délégation et la population est venue nombreuse pour l’évènement.

En effet, plus que des pirogues doubles, ces embarcations sont des outils de la transmission des savoirs ancestraux. À bord, plusieurs générations de marins ont appris à observer le ciel, hisser les voiles et écouter les éléments pour trouver le bon cap. Pour ces aventuriers, il s’agit plus que jamais de perpétuer l’enseignement des ancêtres en naviguant aux étoiles : “Ce moment est important pour l’histoire et pour les générations à venir. Il faut continuer à accueillir Hokulea, les Hawaiiens, quand ils viennent en Polynésie. (…) Cela prouve que culturellement, les Polynésiens avaient la technologie pour voyager avec les étoiles, et cela prouve que s’ils pouvaient le faire, c’est qu’ils avaient des océans qui pouvaient les accueillir. Si l’océan ne peut plus les accueillir car il est trop pollué, ces pirogues ne servent plus à rien. (…) On est des passeurs d’histoires, des passeurs de savoirs, et c’est important d’être là aujourd’hui pour transmettre cet événement aux générations futures” indique Taimana Ellacot, président de l’association Tainui Friends of Hokulea.

> Retour en images sur l’arrivée des pirogues Hokulea et Hikialani à Tahiti

“Tout le monde ici, à Tahiti, nous traite comme leur Ohana, leur famille. Quand j’ai demandé si on pouvait naviguer ici, on m’a dit qu’on n’avait pas besoin de permission, car on était la famille. (…) On est aussi ici pour apprendre comment vous prenez soin de votre océan. Votre communauté est extraordinaire, votre culture est forte, vous êtes bienveillants envers Hawaii” confie Nainoa Thompson, président de la Polynesian Voyaging Society.

Le trajet aura aussi permis de former des capitaines. Sur Hokuleʻa, Lehua Kamalu est la première femme à cumuler les fonctions de capitaine et navigatrice sur une pirogue traditionnelle, de Hawaiʻi à Tahiti. “Cette traversée est une bénédiction. Même quand on est au milieu de l’océan, on ressent tous ces gens qui veillent sur nous et prient pour nous. On ne sait jamais ce qu’il va se passer au cours du voyage. Même si parfois il y a du vent, il fait froid, on est toujours mouillé… on sait tous que c’est ce qu’on doit faire. Ce voyage nous apprend plein de leçons et nous rappelle toutes ces choses incroyables que nos ancêtres ont fait pour nous et qu’on a envie de poursuivre dans le futur” confie Lehua, à son arrivée à Tahiti.

Sur Hikianalia, le capitaine en formation est Kaniela Lyman-Mersereau, et l’apprenti-navigateur est Kaleo Wong.

Kaniela Lyman-Mersereau, Edouard Fritch et Lehua Kamalu, à leur arrivée sur Tahiti (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Avec l’arrivée de Hokule’a et Hikianalia, “on fait revivre l’esprit d’unité des peuples polynésiens” a déclaré Edouard Fritch, président du Pays, présent pour l’occasion, ainsi que d’autres membres du gouvernement. “Souvent, les grands pays de ce monde décident de ce qu’il faut faire, décident du changement climatique par exemple, mais n’appliquent pas à eux-mêmes les mesures qu’il conviendrait de prendre. Nous, nous n’avons pas le choix. Si nous n’appliquons pas nous-mêmes certaines de ces mesures pour montrer que c’est possible déjà, nos populations, nos îles vont disparaître. Ce n’est même pas une option. Ce n’est pas un choix, c’est une obligation” a indiqué Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture. En première ligne face au réchauffement climatique, les pays insulaires comptent bien se faire entendre auprès des grandes nations lors du Blue Climate Summit organisé du 14 au 20 mai, en Polynésie.


Les deux pirogues traditionnelles se rendront plus tard à “Taputapuatea en passant par Tahiti, pour demander la permission d’aller au-delà pour notamment le voyage qu’ils ont appelé Moana nui a kea qui va avoir lieu à partir de 2023. C’est un voyage autour du Pacifique. Tout simplement pour faire le tour du Pacifique et aller visiter tous les peuples natifs et renforcer encore cette idée que le Pacifique, avant tout, est l’endroit où tout va se jouer dans les prochaines décennies”, avait précédemment annoncé le navigateur Matahi Tutavae.

Si elle illustre le retour aux traditions avec des moyens de transports non polluants, cette expédition avait également pour objectif la formation à la navigation et aux protocoles culturels pour préparer les équipages au prochain long voyage autour du Pacifique “Moananuiākea” en 2023 qui passera par l’Alaska et la Russie.

infos coronavirus