mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Les Marquises au musée du quai Branly

Publié le

Publié le 04/04/2016 à 10:12 - Mise à jour le 04/04/2016 à 10:12
Lecture 2 minutes

« Mata hoata » : voir avec des yeux éclairés… c’est le nom de la nouvelle exposition du musée du quai Branly. 
Le nom a été choisi par les habitants de l’archipel. C’est ce qu’indique Carol Ivory, professeur d’histoire de l’art du Pacifique, et commissaire de l’exposition : « La notion des yeux éclairés, brillants est aussi liée à la lune. Ils symbolisent le troisième jour de la nouvelle lune et représentent la fertilité et la fécondité. Matahoata est donc un mot puissant qui évoque un « regard éclairé » sur une culture. Ce terme, qui désigne aussi un motif présent dans la sculpture et les tatouages, évoque enfin – sous la forme d’un clin d’oeil – le terme Matavaa, « éveiller les yeux à la culture ». Matavaa est le festival des arts marquisiens qui a lieu tous les deux ans. Avec ce titre, nous voulons matérialiser l’idée d’une meilleure compréhension des arts et de la société des îles Marquises aux yeux des Marquisiens mais également aux yeux des Occidentaux ».
 

Pendant 3 mois, les amateurs d’art océanien pourront parcourir l’art des Marquises à travers les âges, de l’art classique des premiers temps en passant par l’impact de l’arrivée des missionnaires et de l’administration coloniale sur les arts et les évolutions que cela a entrainé, jusqu’aux arts vivants actuels. L’exposition s’articule selon trois axes : les îles Marquises avant leur contact avec l’Occident, les évolutions et mutations des arts suite à la colonisation occidentale et enfin la résurgence artistique à partir de la fin du XXe siècle.

Une vingtaine de portraits de Marquisiens vus par les Occidentaux, comme par exemple Paul Gauguin ou Pierre Loti, est également présentée. 

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Surf : Kauli Vaast remporte la Coupe de la...

Le jeune surfeur du fenua a remporté avec brio ce mardi la première édition de la Coupe de la Fédération Française de surf qui avait lieu à Hossegor, dans les Landes.

À Raiatea, des CAES se forment à la vanilliculture

Dans le cadre d’une politique de soutien aux familles nécessiteuses, une association de Tumaraa propose à ses employés en contrat C.A.E.S de bénéficier de diverses formations en échange d’un service rendu à la population.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV