jeudi 29 octobre 2020
A VOIR

|

Les langues et les cultures polynésiennes célébrées à l’UPF

Publié le

Cette journée festive et culturelle avait cette année pour thème "Te here aroha i roto i to na raura’a" que l’on peut traduire par “L’amour éternellement intarissable dans toutes ses variantes”. Un événement qui reflète "amour et union dans la culture".

Publié le 12/02/2020 à 15:13 - Mise à jour le 12/02/2020 à 15:28
Lecture 2 minutes

Cette journée festive et culturelle avait cette année pour thème "Te here aroha i roto i to na raura’a" que l’on peut traduire par “L’amour éternellement intarissable dans toutes ses variantes”. Un événement qui reflète "amour et union dans la culture".

Cette journée dédiée aux langues et cultures polynésiennes organisée par l’Asset (l’Association des étudiants de l’UPF) et un comité composé d’étudiants de la filière des langues, littératures et civilisations étrangères, et régionales de l’université est célébrée depuis maintenant plus de dix ans. Elle a pour but de rassembler autour de ses thèmes les étudiants, enseignants et personnel de l’Université, ainsi que le public dans son ensemble.

Pour cette 11e édition, le comité organisateur, dirigé par Tinihau Adams, a souhaité valoriser le patrimoine linguistique polynésien et mettre en avant « toutes les langues de la Polynésie française : marquisien, tahitien, paumotu, tuha’apae… ».

Des danses, des chants polyphoniques, des saynètes en tahitien, des ’orero dans les cinq langues vernaculaires du fenua (reo pa’umotu, reo mangareva, reo oparo, reo enana ou reo enata, étaient à l’honneur. Ces activités culturelles menées par les étudiants ont rythmé la journée et mis l’accent sur la diversité linguistique et la richesse culturelle polynésienne.

L’événement prend aussi racine grâce à la filière Langues Polynésiennes qui s’unissent dans la co-organisation de l’événement. « Pour nous, organisateurs, c’est un investissement personnel, surtout pour notre filière, parce qu’on y met tout notre cœur chaque année, et cette année plus encore » raconte Tinirau Matitai, un étudiant de la promotion Langues Polynésiennes.

infos coronavirus