dimanche 24 janvier 2021
A VOIR

|

Les écoles de danse à Raiatea vont pouvoir rouvrir

Publié le

Le haut-commissaire a annoncé un déconfinement total pour les archipels autres que les îles du Vent. Tous les lieux accueillant du public pourront rouvrir leurs portes à compter de ce soir minuit. Parmi les établissements restés clos jusqu’à aujourd’hui, il y a les écoles de danse. À Raiatea, les professeurs ont accueilli la nouvelle avec grande satisfaction.

Publié le 12/05/2020 à 17:17 - Mise à jour le 12/05/2020 à 17:27
Lecture 2 minutes

Le haut-commissaire a annoncé un déconfinement total pour les archipels autres que les îles du Vent. Tous les lieux accueillant du public pourront rouvrir leurs portes à compter de ce soir minuit. Parmi les établissements restés clos jusqu’à aujourd’hui, il y a les écoles de danse. À Raiatea, les professeurs ont accueilli la nouvelle avec grande satisfaction.

À compter de ce mercredi 13 mai, les écoles de danse pourront de nouveau accueillir du public. Après deux longs mois d’inactivité, les professeurs sont ravis de cette décision. « C’est une très bonne nouvelle. On va s’organiser pour lundi. Là, on est en plein travaux comme on ne savait pas trop quand on allait rouvrir, mais maintenant, c’est bon ! » se réjouit Annick Hart, professeure de danse. « Je vais reprendre mes cours de danse progressivement, c’est à dire que je pourrais rouvrir lundi mais avec des horaires réaménagés » ajoute Tepairu Moulon, professeure de danse.

Les cours reprendront donc sans précipitation. Les professionnels se donnent quelques jours pour s’organiser. Chez Hula Vahine par exemple, Annick Hart a anticipé la reprise des cours : « J’ai cousu déjà des masques pour mes petites filles. Bon après, pour les adultes, on va se débrouiller entre nous pour avoir les masques ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Aujourd’hui, les gestes barrières doivent faire partie de nos habitudes. Certaines règles seront mises en place à l’école de danse. « La plus grande barrière que l’on va mettre en place va être celle de ne pas se faire la bise entre danseuses. (…) Et les chorégraphies sont de toute façon adaptables à la situation » précise Tepairu Moulon.

Et s’il y a un point positif à retenir de ce confinement, c’est que certains en ont profité pour faire quelques travaux. « D’être confiné, cela m’a permis de redonner un coup de jeunesse à la salle, on ne s’est pas ennuyés » déclare Pierrot Tama, professeur de ukulele.

Si les cours reprennent, il reste encore tôt pour envisager l’organisation d’un gala de fin d’année.

infos coronavirus